Le kilo nouveau est arrivé

Jusqu’à présent, la masse du kilo était définie par le grand-père de tous les kilos: un cylindre en métal de la taille d’une balle de golf enfermé dans une chambre forte en France.
Photo: Christophe Ena Associated Press Jusqu’à présent, la masse du kilo était définie par le grand-père de tous les kilos: un cylindre en métal de la taille d’une balle de golf enfermé dans une chambre forte en France.

Les pays du monde ont adopté vendredi de nouvelles définitions pour le kilogramme et d’autres unités de mesure importantes. Jusqu’à présent, la masse du kilo était définie par le grand-père de tous les kilos : un cylindre en métal de la taille d’une balle de golf enfermé dans une chambre forte en France.

Les participants à une rencontre à Versailles, en France, ont approuvé vendredi l’utilisation à la place d’une formulation scientifique pour définir la masse exacte d’un kilo.

Le changement devrait avoir des applications pratiques dans les industries et les sciences qui nécessitent des mesures de masse ultra-précises.

La cinquantaine de pays présents ont aussi mis à jour l’ampère pour le courant électrique, le kelvin pour la température et la mole pour la quantité d’une substance.

1889
C'est l'année de fabrication du «Grand K», un cylindre de platine et d’iridium, qui servait jusqu'à maintenant à calibrer tous les kilogrammes du monde.

Ces changements représentent la culmination de dizaines d’années de travail pour certains scientifiques. Plusieurs ont crié, applaudi et même pleuré quand la décision a été annoncée vendredi. Certains étaient tellement heureux qu’ils se sont fait tatouer pour l’occasion.

Révolution

Le kilo le plus important de tous depuis 1889, le soi-disant « Grand K », sera donc envoyé au rancart. Constitué d’un alliage résistant à la corrosion de 90 % de platine et de 10 % d’iridium, c’était le seul vrai kilo sur lequel tous les autres étaient basés.

William Phillips, un lauréat Nobel, a dit que la mise à jour était « la plus grande révolution dans le monde des mesures depuis la Révolution française », qui avait donné naissance au système métrique. Un scientifique américain, Jon Pratt, a expliqué que « ces unités, les constantes que nous avons choisies, regroupent tout ce que nous connaissons, tout ce que nous avons toujours connu, et elles nous serviront de tremplin pour poursuivre ces choses que nous ne connaissons pas ».

Le kilo de métal est donc remplacé par une définition basée sur la constante de Planck, qui fait partie de l’une des équations les plus célèbres de la physique, mais qui est diablement difficile à expliquer. Qu’il suffise de dire que la mise à jour devrait, à terme, éviter aux pays de renvoyer occasionnellement leurs kilos à Sèvres pour qu’ils soient calibrés contre le « Grand K ».

Les scientifiques devraient plutôt pouvoir calculer avec précision un kilo exact, sans avoir à mesurer un précieux bloc de métal contre un autre.