L’Arabie saoudite hausse encore le ton

L'ambassade de l'Arabie saoudite au Canada, à Ottawa
Photo: David Kawai La Presse canadienne L'ambassade de l'Arabie saoudite au Canada, à Ottawa

L’Arabie saoudite persiste et signe : après avoir ordonné dimanche l’expulsion de l’ambassadeur canadien en poste à Riyad et gelé les relations commerciales entre les deux pays, le royaume sunnite a annoncé qu’il transférerait les quelque 7000 étudiants qui bénéficient d’une bourse du gouvernement saoudien pour étudier au Canada.

Déterminées à ne pas perdre de temps, du moins dans le jeu des apparences, les autorités saoudiennes ont fait savoir que le processus de transfert des étudiants vers d’autres pays était déjà entamé.

« Les États-Unis et le Royaume-Uni auront la part du lion, étant donné les opportunités d’éducation dans ces deux pays, et nous avons commencé à coordonner avec les missions là-bas », a lancé Jassem al-Harbach, directeur du département des bourses au sein du ministère de l’Éducation, sur les ondes de la télévision étatique Al-Ekhbariya.

À l’Université McGill, 327 étudiants saoudiens fréquentaient l’établissement au cours de l’année universitaire 2017-2018. « Nous ne connaissons pas encore le nombre exact d’étudiants inscrits pour la prochaine année universitaire ni l’incidence sur ces inscriptions que pourraient avoir les mesures qui auraient été annoncées par le gouvernement saoudien », a déclaré Vincent Campbell Allaire, agent aux communications.

L’Université Concordia, où évoluaient une soixantaine d’étudiants saoudiens lors de la dernière année universitaire, nage également en plein mystère. « À ce moment, nous attendons des clarifications du gouvernement sur ce que cela signifie pour ces étudiants et pour les futurs étudiants », a mentionné la porte-parole Mary-Jo Barr.

Freeland veut un dialogue

Cette escalade soudaine des pressions diplomatiques et économiques porterait le sceau du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, âgé de 32 ans. Une envolée coriace qui viserait ni plus ni moins à avertir tout pays occidental de se tenir bien tranquille sur la question des droits de la personne.


Jeudi dernier, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait appelé à la libération de Raïf Badawi et de sa sœur Samar, une militante des droits de la femme récemment emprisonnée. Des propos qui avaient trouvé écho dans un commentaire publié sur Twitter, le lendemain, par le ministère canadien des Affaires étrangères, qui réclamait la libération « immédiate » de tous les défenseurs des droits de la personne.

En annonçant la rupture des liens diplomatiques avec le Canada et l’interruption de tous les échanges commerciaux, dimanche, Riyad a vilipendé Ottawa, accusant le gouvernement canadien d’ingérence dans ses affaires internes. À ce coup de semonce était jointe une menace : Riyad annonçait que toute autre « intrusion » canadienne dans ses affaires internes serait perçue comme un droit légitime pour le régime du roi Salmane d’intervenir à son tour dans les affaires internes canadiennes.

Lundi après-midi, la ministre Freeland a pris la parole pour réaffirmer que le gouvernement ne se taira pas sur la question des droits de la personne.

« Le Canada défendra toujours les droits de la personne, incluant les droits des femmes et la liberté d’expression dans le monde entier », a certifié la ministre dans un communiqué. « Nous n’hésiterons jamais à promouvoir ces valeurs et nous croyons que ce dialogue est essentiel à la diplomatie internationale », poursuit-elle, se disant néanmoins « profondément préoccupée » par l’expulsion du diplomate canadien.

Malgré le renvoi de l’ambassadeur, l’ambassade canadienne à Riyad poursuit ses opérations courantes, en offrant notamment des services consulaires.

Aucune information n’a été diffusée sur les contrats conclus entre les deux pays qui pourraient être suspendus. General Dynamics Land Systems, l’entreprise de London, en Ontario, qui a signé un contrat de 15 milliards avec l’Arabie saoudite en 2014 pour exporter ses blindés légers vers le royaume, a indiqué au Devoir qu’elle ne souhaitait pas commenter la situation.

Incertitude pour les Badawi

Kyle Matthews, directeur principal de l’Institut montréalais d’études sur le génocide et les droits de la personne de l’Université Concordia, croit que le gouvernement canadien a été pris de court par la réaction virulente de l’Arabie saoudite. « Ottawa avait adopté des positions fortes devant l’apartheid en Afrique du Sud, l’invasion de la Crimée par la Russie et la crise des Rohingyas au Myanmar, mais aucun de ces pays n’avait réagi de manière aussi vigoureuse », explique-t-il.


Le royaume wahhabite n’en est toutefois pas à son premier bras de fer avec un pays occidental sur l’épineux enjeu des droits de la personne. Kyle Matthews rappelle qu’en 2015, l’Arabie saoudite avait rappelé son ambassadeur de Suède et annulé un contrat militaire après que le gouvernement suédois eut critiqué le traitement réservé à Raïf Badawi.

Cette escalade vient-elle compliquer les choses pour Raïf Badawi et sa sœur Samar ? Pas nécessairement, croit Geneviève Paul, directrice générale par intérim d’Amnistie internationale pour le Canada francophone. « Lorsque l’on met en lumière les cas de défenseurs des droits de la personne emprisonnés, ça devient une forme de protection pour eux », estime-t-elle.

« L’agressivité de l’Arabie saoudite nous démontre qu’ils sont déterminés à répondre avec intimidation et menace plutôt que d’effectuer de véritables réformes dans le pays », insiste Geneviève Paul, qui demande du coup aux pays occidentaux de joindre leurs voix à celle du Canada pour dénoncer haut et fort les violations des droits de la personne en Arabie saoudite.

6 commentaires
  • Gilles Bousquet - Abonné 7 août 2018 06 h 33

    Faudrait que tous les pays démocratiques

    Oui, faudrait qu'ils condamnent à l'unisson, ces dangereux polissons.

  • Gilles Tremblay - Inscrit 7 août 2018 07 h 03

    Faux-culs

    Comme si le gouvernement du canada était exempt de dérapage idéologique à l'égard de certains de leurs citoyens ( Hallo! Guantanamo Khadr). Harcèlement, discrimination, ostracisme sont l'apanage de tout gouvernement. Côté abus de pouvoir, Ottawa n'a pas de leçon à donner, bâillons et loi mammouth (C-38) sont d'usage à Ottawa. L’Arabie saoudite abuse ouvertement, Ottawa hypocritement. Les mauvaises odeurs proviennent toujours de la cour du voisin.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 7 août 2018 11 h 12

      Votre point de vue est fort intéressant...principe de la poutre et la paille.

    • Brian Monast - Abonné 7 août 2018 11 h 57

      Eh bien, en ce cas, que l'Arabie Saoudite se mêle de "nos affaires internes" en critiquant, ouvertement, nos hypocrisies.

      Nous n'irons pas, pour autant, menacer de couper nos relations diplomatiques et économiques avec ce pays. Le Canada, ou ses ministres, en affichant une opinion, n'ont fait qu'assumer leur liberté de parole, et même leur responsabilité en tant que représentants d'unxxx de deux peuples.

      Le "mêlez-vous de ce qui vous regarde" *n'est pas* un bâillon. C'est un principe de non ingérence qui dit essentiellement "N'envoyez pas vos troupes ici pour nous dire comment agir." Ce n'est pas un principe qui dit "Fermez-vous la gueule et ne commentez pas ce que nous faisons."

      Nous commenterons à volonté et, en retour, si vous voulez en faire de même, vous pourriez bien nous rendre service, et rendre service à tous.

  • Raymond Morin - Abonné 7 août 2018 11 h 17

    Défenseur des droits de la personne

    Le gouvernement du Canada, grand défenseur des droit de la personne a travers le monde et contre l'annextion du territoire du pays voisin a l'exception du cas d'Israel!

  • Serge Lamarche - Abonné 7 août 2018 14 h 47

    Bonne réaction

    Je suis pour que l'Arabie Saoudite discute des abus de pouvoirs du Canada. Ils pourraient commencer par dénigrer l'achat de l'oléoduc pour 4,5 milliards de $.
    S'ils envoient leurs élèves à d'autres anglais, ces autres anglais auront plus d'influence sur eux. Sauf que les états-uniens appuient fortement l'Arabie Saoudite. C'est quand même le pays le plus stable de la région.