Premier face-à-face entre Trudeau et Trump depuis le sommet du G7

La dernière rencontre entre les deux hommes d'État remonte au sommet du G7 à La Malbaie au début du mois de juin.
Photo: Evan Vucci, File Associated Press La dernière rencontre entre les deux hommes d'État remonte au sommet du G7 à La Malbaie au début du mois de juin.

Le premier ministre Justin Trudeau a eu un entretien informel, mercredi, avec le président des États-Unis, Donald Trump — leur premier face-à-face depuis l’explosif sommet du G7 le mois dernier au Québec.

Une porte-parole du premier ministre a déclaré que lors de cet entretien, en marge du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), à Bruxelles, les deux hommes avaient discuté de commerce, y compris de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Les deux leaders ont également abordé les implications de l’élection d’un nouveau président au Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, pour les négociations de l’ALÉNA.

Le mois dernier, à l’issue du sommet du G7 dans Charlevoix, Donald Trump avait accusé sur Twitter Justin Trudeau d’être «très malhonnête et faible».

L’entretien à Bruxelles n’était pas une rencontre bilatérale officielle, ce qui est assez commun lors de sommets réunissant des dirigeants mondiaux comme celui de l’OTAN. Aucune réunion avec M. Trump n’était d’ailleurs prévue à l’agenda officiel de M. Trudeau lors de ce sommet de deux jours.

Avant de s’envoler vers la Belgique, mardi, Donald Trump avait publié une série de micromessages dans lesquels il fustigeait l’Union européenne et ses autres alliés qui n’ont pas respecté leurs engagements en matière de financement de l’organisation. Lors du sommet de 2014, au pays de Galles, les pays membres de l’OTAN s’étaient entendus pour consacrer au moins deux pour cent de leur produit intérieur brut (PIB) aux dépenses militaires — une cible que peu d’entre eux ont finalement atteinte.

Le communiqué final du sommet a été publié par les pays membres de l’OTAN la veille de la clôture, jeudi. Signé par les 29 dirigeants des pays membres, il réaffirme l’engagement inébranlable de l’alliance militaire à voir les États consacrer 2 % de leur PIB aux dépenses militaires d’ici 2024.

Les prévisions de dépenses du gouvernement Trudeau indiquent toutefois que le budget de la défense n’atteindra que 1,4 % du PIB d’ici 2024 au Canada.

Donald Trump participe par ailleurs au sommet de Bruxelles juste avant d’aller rencontrer son homologue russe, Vladimir Poutine. La tenue de cet entretien a toutefois été critiquée par plusieurs, face aux gestes d’agression de la part de la Russie dans les pays baltes, mais aussi au Royaume-Uni. Justin Trudeau a déclaré mardi que le Canada déplorait toujours «l’ingérence et les actions illégales» de Moscou.