Syrie: huit localités passent sous contrôle du régime après des accords

Cette photo fournie par Nabaa Media, un média syrien de l'opposition, montre de la fumée qui s'échappe des bâtiments touchés par les bombardements des forces gouvernementales syriennes, jeudi, dans la province de Deraa.
Photo: Nabaa Media via Associated Press Cette photo fournie par Nabaa Media, un média syrien de l'opposition, montre de la fumée qui s'échappe des bâtiments touchés par les bombardements des forces gouvernementales syriennes, jeudi, dans la province de Deraa.

Les rebelles dans huit localités du sud de la Syrie ont accepté samedi de remettre le contrôle de leurs régions au régime, en vertu d’accords négociés par la Russie après près de deux semaines de bombardements, a indiqué une ONG.

Appuyées par l’aviation de l’allié russe, les forces du régime ont lancé le 19 juin une offensive pour reprendre les secteurs rebelles de la province méridionale de Deraa.

Dans sa reconquête des territoires insurgés dans le pays en guerre, le régime a souvent recours à la même stratégie : il bombarde et morcèle les fiefs rebelles avant de leur imposer des accords dits de « réconciliation » qui s’apparentent davantage à une capitulation.

En vertu de ces accords, les rebelles qui veulent rester sur place rendent les armes, tandis que les réfractaires et les civils refusant de vivre sous le contrôle du régime sont évacués vers des zones tenues par les insurgés dans le nord du pays.

Avec les dernières localités tombées, les forces loyalistes contrôlent désormais plus de la moitié de la province de Deraa, contre 30 % au début de l’offensive militaire, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Au moins huit localités dans l’est et le nord de [la province de] Deraa ont accepté des accords de “réconciliation”dans le cadre de pourparlers menés par des officiers russes avec des notables locaux et les combattants restés sur place », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Victoire symbolique
Parmi ces localités figurent celles de Ibtaa, Al-Karak orientale et Oum al-Walad. La police militaire russe a pénétré dans certains de ces secteurs le matin, selon l’OSDH.

L’agence officielle syrienne Sana a confirmé des accords à « Daël, Al-Gharia orientale, Al-Gharia occidentale, Taloul Khleif et Tel al-Cheikh Hussein après la remise par les combattants de leurs armes à l’armée […] ». Sana a fait état vendredi d’accords similaires dans trois autres localités.

L’éventuelle reprise de Deraa, berceau de la contestation anti-Assad en 2011, constituerait une victoire symbolique pour le régime, mais aussi stratégique.

Elle permettrait, en effet, de rouvrir le poste frontalier de Nassib, entre la Syrie et la Jordanie, source de revenus non négligeables pour le régime.

Mais la moitié de la province — y compris une partie de la capitale — est toujours entre les mains de rebelles qui ne veulent pas abandonner le combat.

« Le régime veut que nous abandonnions tout — la ville de Deraa, le poste de Nassib, nous-mêmes et les armes lourdes, c’est inadmissible », a déclaré à l’AFP un négociateur dans la partie rebelle de la ville de Deraa.

La télévision d’État a montré samedi des images de dizaines d’habitants à Daël, dont certains portaient des portraits de Bachar al-Assad et scandant des slogans de soutien au président et à l’armée syriens.

Dans Al-Karak orientale, le maire de la localité et cinq membres de sa famille ont été tués vendredi dans des circonstances floues attribuées par M. Abdel Rahmane au rôle du maire dans la conclusion de l’accord de « réconciliation ».

Ailleurs, dans la province de Deraa, les bombardements du régime se sont poursuivis samedi, tuant au moins cinq civils. Au total, 105 civils ont péri depuis le début de l’offensive. Durant la même période, 96 combattants prorégime sont morts, dont 29 vendredi soir, de même que 59 rebelles.