L’ONU vote pour l’envoi d’une mission d’enquête à Gaza

Quelque 60 Palestiniens sont morts lundi sous les balles israéliennes alors qu’ils manifestaient dans la bande de Gaza contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.
Photo: Mahmud Hams Agence France-Presse Quelque 60 Palestiniens sont morts lundi sous les balles israéliennes alors qu’ils manifestaient dans la bande de Gaza contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

Genève — Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté vendredi une résolution pour envoyer une équipe internationale spécialisée dans les crimes de guerre enquêter sur les événements à Gaza. Seuls deux des membres du Conseil, les États-Unis et l’Australie, ont voté contre la résolution, adoptée par 29 des 47 membres, 14 s’abstenant, parmi lesquels la Suisse, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

La résolution adoptée appelle à « envoyer de toute urgence une commission internationale indépendante », le niveau le plus élevé d’enquête prévu par le Conseil.

L’équipe doit « enquêter sur les violations et mauvais traitements présumés […] dans le contexte des assauts militaires menés lors des grandes manifestations civiles qui ont commencé le 30 mars 2018 », y compris ceux qui « pourraient relever de crimes de guerre ».

Le ministère israélien des Affaires étrangères a réagi aussitôt, rejetant le vote. « Israël rejette complètement la décision du Conseil des droits de l’homme, qui prouve une fois de plus qu’il s’agit d’un organe à majorité automatique anti-israélienne dominé par l’hypocrisie et l’absurdité », a affirmé le ministère dans un communiqué.

Dans un communiqué, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a aussi dénoncé l’ouverture d’une enquête « sur la légitime défense d’un pays démocratique à sa propre frontière contre des attaques terroristes ». « C’est un nouveau jour de honte pour les droits de l’homme », a ajouté la diplomate, qui dénonce régulièrement l’approche partiale, selon elle, du Conseil à l’égard d’Israël.

Quelque 60 Palestiniens sont morts lundi sous les balles israéliennes alors qu’ils manifestaient dans la bande de Gaza contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Il s’agit de la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis 2014.

Israël n’a cessé de proclamer que cette protestation massive était orchestrée par le Hamas, mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza et auquel il a livré trois guerres depuis 2008.

En ouvrant la session extraordinaire du Conseil vendredi, le haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a jugé « totalement disproportionnée » la réponse d’Israël aux manifestations palestiniennes.