Hongrie: Orban conserve sa majorité des deux tiers au Parlement

Le premier ministre souverainiste hongrois, Viktor Orban, le 10 avril dernier
Photo: Attila Kisbenedek Agence France-Presse Le premier ministre souverainiste hongrois, Viktor Orban, le 10 avril dernier

Budapest — Le premier ministre souverainiste hongrois Viktor Orban a conservé sa majorité des deux tiers au Parlement à l’issue des élections législatives du 8 avril, selon les résultats définitifs rendus publics dimanche.

Ces résultats, qui incluent les votes des Hongrois de l’étranger, donnent au Fidesz, le parti de droite de M. Orban, et à ses alliés démocrates-chrétiens un total de 133 sièges sur 199 au Parlement, laissant au premier ministre les mains libres pour gouverner pendant encore quatre ans.

Le parti d’extrême-droite Jobbik a remporté 26 sièges, une alliance de centre-gauche menée par les socialistes 20 sièges, la Coalition démocratique (DK, gauche) de l’ancien premier ministre Ferenc Gyurcsany 9 sièges, et le parti écologiste LMP 8 sièges.

En nombre de voix, le Fidesz a obtenu 49,6 % des suffrages, loin devant le Jobbik (19,2 %) et l’alliance de centre-gauche (12,0 %).

Cette majorité des deux tiers au Parlement permettra à M. Orban, au pouvoir depuis 2010, de poursuivre son train de révisions institutionnelles. Il compte notamment faire adopter une batterie de lois intitulée « Stop Soros » et ciblant certaines ONG de défense des droits soutenues par le milliardaire américain d’origine hongroise George Soros.

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont estimé dans un rapport cette semaine que si les opérations de vote s’étaient déroulées dans des conditions satisfaisantes, la capacité des électeurs à voter en connaissance de cause avait en revanche été entravée par la « rhétorique xénophobe » ambiante et la « partialité des médias ».

Samedi, des dizaines de milliers de Hongrois ont manifesté à Budapest pour protester contre la réélection de M. Orban, l’accusant d’avoir faussé le vote. Les organisateurs, qui ont affirmé avoir réuni 100 000 personnes, ont appelé à une nouvelle manifestation samedi prochain.