Nouveau dévoilement d'archives concernant l’assassinat de JFK

Extrait d'un rapport rédigé par la CIA en 1963 concernant la mort du président Kennedy. Il fait partie des documents divulgués vendredi par les archives nationales américaines.
Photo: Jon Elswick Associated Press Extrait d'un rapport rédigé par la CIA en 1963 concernant la mort du président Kennedy. Il fait partie des documents divulgués vendredi par les archives nationales américaines.

Washington — Les archives nationales américaines ont rendu public 676 autres documents gouvernementaux liés à l’assassinat de John F. Kennedy.

C’est la troisième série de documents sur le meurtre de l’ex-président américain à être dévoilée cette année.

La semaine dernière, l’actuel président des États-Unis, Donald Trump, avait ordonné que tous les dossiers restants soient mis à la disposition du public. Il avait aussi demandé aux différents organismes gouvernementaux de revoir les renseignements qu’ils proposaient de caviarder et de réduire leur nombre au strict minimum.

Il s’agit de la première série de documents sur l’assassinat de Kennedy à se conformer à cette directive de M. Trump.

Les documents rendus publics vendredi comprennent 553 dossiers de la CIA qui n’avaient jamais été diffusés auparavant ainsi que des dossiers du département de la Justice, du département de la Défense, du comité de la Chambre des représentants sur les assassinats et des archives nationales.

1 commentaire
  • Daniel Gagnon - Abonné 5 novembre 2017 11 h 57

    Le naufrage d’une chance inouïe de paix...

    Rendre public les documents confidentiels concernant l'assassinat de John F. Kennedy, sous couvert de curiosité et d'ouverture d'esprit, voilà un geste qui pourrait faire taire les démocrates qui accusent le président républicain Donald Trump de collusion avec la Russie, ou du moins les mettre dans le même pétrin que lui.

    Il se pourrait en effet que Lee Harvey Oswald, en rapport avec la Russie, ait pu être être aussi en lien avec les démocrates; car l'opposition la plus forte à Kennedy était au sein même du parti démocrate, au plus haut niveau, en la personne du vice-président Lyndon B. Johnson.

    Le résultat fut que tout espoir de paix disparut avec la présidence du démocrate Lyndon B. Johnson et du côté de la Russie, Nikita Khrouchtchev fut limogé.

    Le résultat de ce ratage, de ce naufrage d’une chance inouïe de paix, de ce terrible échec causé par la disparition programmée de ces deux chefs d’état, on le voit aujourd’hui : 55 ans plus tard, la planète n’a jamais été aussi près d’une guerre nucléaire.