G7 et géants du Web s’entendent pour bloquer la propagande terroriste

Des représentants de Google, Facebook ou encore Twitter et les ministres de l’Intérieur des pays du G7 se sont retrouvés jeudi et vendredi à Ischia, en Italie.
Photo: Andreas Solaro Agence France-Presse Des représentants de Google, Facebook ou encore Twitter et les ministres de l’Intérieur des pays du G7 se sont retrouvés jeudi et vendredi à Ischia, en Italie.

Les pays du G7 et les géants d’Internet se sont mis d’accord vendredi en Italie sur un plan visant à bloquer les contenus en ligne à caractère « terroriste », au moment où l’organisation État islamique (EI) « ne dispose plus de territoire » après la chute de son ultime bastion de Raqqa.

La chute de Raqqa, fief du groupe EI en Syrie, « est une défaite militaire très dure, mais cela ne signifie pas que ce groupe n’existe plus », a déclaré le ministre italien de l’Intérieur, Marco Minniti, en clôture d’une réunion de ses homologues du G7 sur l’île italienne d’Ischia, au large de Naples.

« C’est la première fois » que les pays du G7 et les représentants des principaux opérateurs Internet et réseaux sociaux se retrouvent ensemble autour de la même table, s’est félicité M. Minniti.

Il a rappelé qu’Internet s’était révélé « un moyen de recrutement, d’entraînement et de radicalisation important des combattants étrangers ».

Les représentants de Google, de Facebook ou encore de Twitter et les ministres du G7 se sont mis d’accord sur un plan d’action visant à bloquer « des contenus à caractère terroriste ». « La rencontre avec les opérateurs d’Internet a été plus que satisfaisante », a estimé M. Minniti en déplorant le fait que le groupe EI circule sur Internet « comme un poisson dans l’eau ».

L’accord prévoit que les contenus faisant l’apologie du terrorisme, ou appelant à mener des actes terroristes, « soient supprimés dans les deux heures qui suivent leur mise en ligne », a expliqué à l’AFP le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Une déclaration commune des dirigeants français, britannique et italien en marge de l’assemblée générale de l’ONU allait déjà « dans ce sens et c’est ce à quoi les grands acteurs d’Internet se sont engagés », a ajouté M. Collomb.

Faire davantage

« Nous devons en faire davantage », a insisté Elaine Duke, secrétaire américaine à la Sécurité par intérim, remerciant les grands réseaux sociaux pour leur collaboration.

Selon une source diplomatique, la France, le Royaume-Uni et l’Italie sont parvenus « après deux heures de négociations à obtenir l’accord des États-Unis sur le texte ».

Mme Duke « a fait valoir le premier amendement de la Constitution des États-Unis qui fait de la liberté d’expression, quel que soit le contenu, quelque chose de fondamental », a précisé Gérard Collomb.

« De notre côté, nous avons soutenu qu’Internet n’était plus un vecteur de liberté mais un facteur d’insécurité première avec des milliers de morts à travers le monde », a-t-il poursuivi.

Les participants ont « tout d’abord discuté de la manière de lutter contre le retour des combattants étrangers » dans leur pays d’origine, a expliqué Marco Minniti.

« Nous avons décidé de recueillir ensemble les informations et de les partager », a-t-il ajouté, en assurant que Raqqa, désormais libérée, allait devenir « une mine d’informations ».

« Il est clair que les empreintes et les documents qui vont être trouvés sur place peuvent nous aider à connaître mieux l’adversaire et à identifier ceux qui, venus de l’étranger, se sont engagés aux côtés du groupe EI», a-t-il expliqué.

Les États-Unis et l’Italie ont signé un accord en marge de la réunion du G7 pour partager leurs bases de données d’empreintes digitales afin de repérer les extrémistes qui se font passer pour des demandeurs d’asile.

M. Minniti avait prévenu que les combattants étrangers du groupe EI pourraient tenter de revenir en Europe sur des bateaux de migrants en provenance de Libye.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a promis que l’UE débourserait plus de financements pour aider l’Italie à fermer, en coopération avec les autorités libyennes, la voie de migration Libye-Italie.