L’ouragan «Maria» pressenti comme «extrêmement dangereux»

La Guadeloupe a été passée en alerte rouge cyclonique.
Photo: Cedrick Isham Calvados Agence France-Presse La Guadeloupe a été passée en alerte rouge cyclonique.

Les Caraïbes, ravagées par Irma il y a une dizaine de jours, étaient en état d’alerte lundi face à l’arrivée imminente de Maria, qui a encore gagné en puissance et était considéré comme « extrêmement dangereux ». Le Centre national des ouragans américain (NHC), établi à Miami, prévoyait que l’oeil de la tempête devait passer près de l’île de la Dominique en soirée.

Maria s’est renforcé en catégorie 5, la plus haute catégorie possible de l’échelle, ce qui en fait maintenant un « ouragan majeur », a annoncé le NHC.

« L’oeil et le coeur de l’ouragan devraient passer près de la Dominique dans les toutes prochaines heures », a précisé le NHC dans son bulletin prévisionnel de 21 h. On s’attend à ce que la tempête génère des précipitations de 15 à 30 centimètres de pluie à travers les îles.


 

Trajectoires similaires

La trajectoire prévue de Maria risque de l’entraîner vers plusieurs îles déjà dévastées par l’ouragan Irma. Les autorités de la Dominique ont fermé les écoles et tous les bureaux gouvernementaux, pressant la population de trouver refuge en terrain élevé.

Un avertissement d’ouragan a été lancé à Porto Rico, en République dominicaine et en Haïti. Ernesto Morales, météorologue au service national américain de météorologie à San Juan, a déclaré que cet ouragan risquait d’être catastrophique pour Porto Rico.

L’État autonome associé aux États-Unis a imposé, lundi, un rationnement des produits de base dont l’eau, le lait, les aliments pour bébé, la nourriture en conserve, les piles, les lampes de poche et d’autres articles.

En Martinique, les autorités françaises de la région ont ordonné l’évacuation des zones à risque. « J’ai des bougies, des lampes et à manger. J’ai des légumes en boîte et du gaz. S’il n’y a plus d’électricité, ça ira. Les fenêtres sont fermées, tout est cloué déjà », a témoigné à l’AFP Anne-Marie, 84 ans, habitante de Rivière-Salée, au sud de la Martinique, prête pour l’arrivée du cyclone.

La Martinique est passée lundi en alerte « violette » cyclonique, le plus haut niveau, qui entraîne le confinement de la population.

Outre la Martinique, Maria, qui progresse à 17 km/h dans la direction ouest-nord-ouest, selon le NHC, menace une autre île française des Antilles, la Guadeloupe, ainsi que Saint-Kitts-et-Nevis, Montserrat (Royaume-Uni), et la Dominique, île anglophone indépendante.