Moscou: arrestations de membres présumés du groupe EI préparant des attentats suicide

Un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 3 avril dernier.
Photo: Olga Maltseva Agence France-Presse Un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 3 avril dernier.

Moscou — Les services secrets russes ont annoncé lundi l’arrestation de quatre membres présumés de l’organisation État islamique qui planifiaient des attentats suicide contre des centres commerciaux et des transports en commun à Moscou.

Les quatre personnes arrêtées — un Russe et trois ressortissants d’ex-républiques d’Asie centrale — préparaient « une série d’attaques contre des lieux très fréquentés, dont des transports en commun et des grands centres commerciaux de Moscou, en utilisant des kamikazes et de puissants engins explosifs », a fait savoir le FSB dans un communiqué, précisant qu’elles ont été interpellées dans « la région de Moscou ».

Le FSB dit avoir arrêté le chef de la cellule et « émissaire de l’État islamique, un spécialiste de la fabrication de bombes et deux kamikazes », mais ne précise pas quand le coup de filet a eu lieu.

Selon les services secrets, ces attentats étaient commandités de Syrie par deux « émissaires » du groupe EI faisant l’objet d’un mandat de recherche international : « T.M. Nazarov », présenté par des médias tadjiks comme étant Todjiddine Nazarov, et « A.M. Chirindjonov ».

Les autorités russes annoncent régulièrement avoir déjoué des projets d’attentats. Fin juillet, le FSB avait ainsi annoncé l’arrestation à Moscou de sept ressortissants d’Asie centrale accusés de préparer des attentats à Saint-Pétersbourg.

Attentat à Saint-Pétersbourg

La Russie a renforcé ses mesures de sécurité depuis qu’un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg a fait 16 morts et des dizaines de blessés le 3 avril.

L’auteur présumé de cette attaque, Akbarjon Djalilov, un homme de 22 ans originaire du Kirghizstan, une ex-république soviétique d’Asie centrale, a également été tué dans l’attentat.

Depuis le début de son intervention militaire en Syrie le 30 septembre, la Russie, alliée du régime de Damas, a été menacée de représailles par l’organisation État Islamique et par la branche syrienne d’al-qaïda, l’ancien Front Al-Nosra et actuel Front Fateh al-Cham.

Des centres commerciaux et des transports en commun étaient ciblés par des attentats suicide.