Journée «ville morte» en RDC

Kinshasa — Aucun incident majeur n’a été signalé mardi pendant la journée « ville morte » organisée par l’opposition congolaise contre le président Joseph Kabila — qui s’accroche au pouvoir au mépris de la Constitution du pays. Dans ce pays en proie à des convulsions régulières, comme la veille à Kinshasa où des heurts ont fait 13 morts d’après les autorités, cette première des deux journées « ville morte » s’est singularisée par son calme. Sans être à l’arrêt total, l’activité a tourné au ralenti à Kinshasa. Les deux tiers des commerces étaient fermés, de même que les banques, ont constaté des journalistes de l’AFP. Les huit voies de l’immense boulevard du 30-Juin ressemblaient à une autoroute déserte. D’habitude bondés, les transports publics étaient à moitié vides. L’instabilité politique en RDC, géant au coeur de l’Afrique (70 millions d’habitants, 2,3 millions de km2, neuf frontières), inquiète la communauté internationale.