Violences lors d’une manifestation avant le premier G20 de Trump

Des protestataires se sont heurtés aux forces de l’ordre jeudi après-midi, quelques heures avant l’ouverture du sommet à Hambourg.
Photo: Steffi Loos Agence France-Presse Des protestataires se sont heurtés aux forces de l’ordre jeudi après-midi, quelques heures avant l’ouverture du sommet à Hambourg.

Des affrontements ont éclaté jeudi soir entre plusieurs milliers de manifestants anti-G20 et la police à Hambourg en Allemagne, ajoutant à la tension pesant sur le premier sommet de ce type pour Donald Trump.

Ces violences à la veille de la réunion ont fait 76 blessés légers parmi les forces de l’ordre et au moins deux parmi les protestataires, selon un nouveau bilan donné dans la nuit de jeudi à vendredi par la police, qui a interpellé cinq personnes.

Des incidents se poursuivaient en divers endroits de ce port du nord de l’Allemagne vers 22 h 30 GMT, tandis que quelques milliers de personnes continuaient à défiler, dans le calme cette fois, sous étroite surveillance des forces antiémeutes.

« L’État policier fait tout ce qu’il peut pour nous priver de notre droit de manifester », indique à l’AFP un militant d’extrême gauche présent sur les lieux, Georg Ismail. « Les guerres, le changement climatique et l’exploitation sont le résultat du système capitaliste que représente le G20 », clame-t-il.

À l’image du G20

Ces affrontements sont à l’image de la tension qui s’annonce dans l’enceinte qui accueille le sommet des dirigeants des 20 principales économies de la planète, avec de nombreux sujets conflictuels de discussion entre le président américain, Donald Trump, et les autres dirigeants.

M. Trump doit rencontrer pour la première fois son homologue russe, Vladimir Poutine, vendredi après-midi, en marge de la réunion. En guise de préambule, il a sévèrement critiqué la Russie jeudi à Varsovie, au premier jour de sa tournée européenne, et s’est inquiété de l’avenir même de l’Occident.

Les États-Unis, a-t-il dit, travaillent avec leurs alliés pour s’opposer « aux actions de la Russie et à son comportement déstabilisateur », citant notamment le conflit en Ukraine, le soutien russe à l’Iran et à la Syrie.

12 000 personnes

Les incidents à Hambourg ont commencé dans la soirée peu après le départ d’un cortège de 12 000 personnes, selon la police, venues protester contre le G20 à proximité immédiate du lieu du sommet.

Après plusieurs avertissements, la police a chargé la foule et fait usage de gaz lacrymogène pour disperser plusieurs centaines d’extrémistes encagoulés et habillés de noir.

Bouteilles, pierres, pavés et pétards ont été jetés sur les policiers, qui ont riposté en déployant à plusieurs reprises leurs canons à eau.

Elle a fait état de plusieurs voitures incendiées, de vitrines de magasins et de banques endommagées, ainsi que de barricades érigées dans certains quartiers par les manifestants les plus déterminées.

La manifestation qui a dégénéré avait été organisée sous le slogan « Welcome to Hell » (« Bienvenue en enfer ») et avec une banderole de tête portant le slogan « Pulvériser le G20 ».

Les participants ont été stoppés par la police au bout de seulement 300 mètres de parcours.

Ils étaient partis du « quartier des poissons », près de l’Elbe, et se dirigeaient vers le centre des congrès, où le sommet se tiendra vendredi et samedi, avec l’intention d’« encercler » géographiquement le lieu.

1 commentaire
  • Jean Gadbois - Inscrit 6 juillet 2017 16 h 10

    Violence économique, violence urbaine.

    On se surprend que le contre-pouvoir à la dictature du marché ne soit, en fin de compte, que si timide. La planète adulte presqu'entière, sauf quelques centaines de milliers de contestataires, a vendu son âme à Mammon et à ses gadgets.
    La drogue qui nous fait acheter est trop puissante et cette substance de choix nous a fait perdre le contrôle de nos vies.
    2000 ans d'évolution sociale pour finir par adorer des veaux d'or. Naguère on appellait ça la civilisation, aujourd'hui, le "progrès".
    Petit homme, oui tu es petit.