L’ONU condamne les nouvelles purges en Turquie

Depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 en Turquie, 47 000 personnes ont déjà été arrêtées.
Photo: Gurcan Ozturk Agence France-Presse Depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 en Turquie, 47 000 personnes ont déjà été arrêtées.

Genève — Il est « hautement improbable » que la Turquie ait suivi la procédure légale dans la vague d’arrestations et de limogeages qui a suivi l’échec du coup d’État de juillet, a déclaré lundi le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU.

 

Lors d’une conférence de presse à Genève, Zeid Ra’ad Al Hussein a notamment condamné la révocation samedi de près de 4000 fonctionnaires, dont un millier d’employés du ministère de la Justice et un millier d’autres dépendant de l’armée.

 

« Avec un tel nombre, il est hautement improbable que ces suspensions et détentions aient suivi les normes de la procédure légale », a-t-il commenté.

 

M. Zeid s’est dit également « très inquiet du renouvellement de l’état d’urgence » par un vote au parlement le 18 avril, affirmant que cette décision avait été prise « dans un climat de peur dans le pays ».

 

Depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, 47 000 personnes ont déjà été arrêtées. Le régime d’Ankara accuse le prédicateur réfugié aux États-Unis, Fethullah Gülen, d’en être l’instigateur, mais ce dernier dément.

1 commentaire
  • Gilles Teasdale - Abonné 1 mai 2017 10 h 38

    De plus en plus un pays sous dictature. Imaginez les prisons?