Les recours contre le référendum en Turquie sont rejetés

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées mardi devant le siège du Haut-Conseil électoral pour faire signer une pétition réclamant l’annulation du scrutin.
Photo: Bulent Kulic Agence France-Presse Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées mardi devant le siège du Haut-Conseil électoral pour faire signer une pétition réclamant l’annulation du scrutin.

Istanbul — Le Haut-Conseil électoral turc (YSK) a rejeté mercredi les recours déposés par l’opposition réclamant l’annulation du référendum sur l’extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan en invoquant des fraudes, ont rapporté les médias.

Dix membres de l’YSK ont voté contre l’annulation du vote et un a voté en faveur, selon la chaîne privée NTV. L’opposition dénonce notamment une décision de dernière minute de l’YSK de considérer comme valides les bulletins de vote non marqués du sceau officiel des scrutateurs.

Le principal parti d’opposition, le CHP, et la formation prokurde, le HDP, affirment que cette décision de l’YSK pourrait avoir favorisé la victoire du camp du oui, qui a remporté le scrutin d’une courte tête avec 51,4 % des voix, selon un comptage provisoire des médias.

Réagissant à la décision de l’YSK, le vice-président du CHP, Bülent Tezcan, parlant à la chaîne CNN-Türk a affirmé qu’elle provoquait une « sérieuse crise de légitimité ».

« Nous activerons tous les moyens légaux », a-t-il déclaré, ajoutant que le parti établirait une feuille de route après avoir consulté des experts en droit jeudi.

Une mission commune d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l’Europe a estimé lundi que le scrutin n’avait pas été « à la hauteur des critères » européens et souligné que la campagne s’était déroulée dans des conditions inéquitables favorisant le camp du oui.

D'autres détails suivront.

1 commentaire
  • Gilles Théberge - Abonné 19 avril 2017 12 h 13

    C'est là qu'on voit que la démocratie est un leurre. C'était une abstraction, c'est devenu un mensonge.

    Quand les votes ne sont pas au goût des dirigeants, ils fraudent tout simplement. Où bien ils n'acceptent pas les résultats.

    Qui se souvient du référendum européen acceptant une nouvelle Charte en 2005.

    Il avait été gagné par ceux qui s'opposaient au nouveau traité. Malgré le résultat, la nouvelle charte s'est appliquée quand même.

    Qui se souvient de celui rejeté par les Irlandais. ils ont voté non. Ce n'était pas au «goût du jour» des dirigeants. Bien ils ont fait revoter les irlandais. Jusqu'à ce que le oui gagne.

    Ca été vrai pour nous en 95, comme ça l'est pour le peuple Turc en 2017

    Démocratie. C'est un mot que je devrai rayer de mon vocabulaire si je veux que la réalité corresponde à la situation réelle.