Turquie: l’auteur du carnage du Nouvel An avoue son crime

Photo: Dogan News Agency / Agence France-Presse

Istanbul — Un suspect arrêté par la police turque a avoué être l’auteur du carnage du Nouvel An à Istanbul revendiqué par le groupe État islamique, selon les autorités qui ont réussi à l’appréhender après une vaste chasse à l’homme. Le gouverneur d’Istanbul, Vasip Sahin, a confirmé mardi que l’homme, arrêté lors d’une importante opération policière, était de nationalité ouzbèke et s’appelait Abdulgadir Masharipov. « Le terroriste a admis son crime », a-t-il dit. « Il a été entraîné en Afghanistan et parle quatre langues. C’est un terroriste bien entraîné », a poursuivi le gouverneur. Son arrestation met fin à une vaste chasse à l’homme lancée après la fusillade qu’il avait perpétrée dans la boîte de nuit Reina, à Istanbul, pendant la célébration du Nouvel An. Il avait tué 39 personnes, en majorité des touristes venus de pays arabes, avant de prendre la fuite. L’homme, né en 1983, a été arrêté avec quatre complices présumés, dont trois femmes, dans la nuit de lundi à mardi dans un appartement du quartier istanbuliote d’Esenyurt. Lors de l’opération, 197 000 $, deux armes à feu, deux drones et des cartes SIM ont été saisis, a précisé le gouverneur. Le président Erdogan a salué le travail des forces de l’ordre. Le fait que l’assaillant ait été capturé vivant constitue un important succès pour les services de sécurité turcs, qui pourraient obtenir lors de son interrogatoire de précieuses informations sur les réseaux du groupe EI en Turquie, où plusieurs attentats meurtriers ont été imputés au groupe djihadiste. C’est l’une des premières fois que l’auteur d’une attaque revendiquée par le groupe EI à l’étranger est arrêté, les assaillants étant généralement tués en commettant des attentats suicides ou dans des affrontements avec les services de sécurité. Fait inhabituel, le groupe EI avait revendiqué l’attaque d’Istanbul alors que son auteur était toujours en cavale.