Pas d’exemption de piscine mixte pour les musulmanes

Strasbourg — Les parents musulmans ne peuvent, au nom de leur religion, prétendre que leurs filles soient exemptées de cours de natation mixtes à l’école, a jugé mardi la Cour européenne des droits de l’Homme, donnant tort à la famille turco-suisse qui l’avait saisie. La fermeté des pouvoirs publics pour contraindre les filles à participer aux cours de natation est, certes, une « ingérence dans la liberté de religion » des familles concernées, mais cette ingérence est justifiée au nom de « l’intérêt des enfants à une scolarisation complète, permettant une intégration sociale réussie selon les moeurs et coutumes locales », ce qui « prime » la volonté des parents, a tranché la CEDH.