Le vol MH370 se serait abîmé au nord de la zone de recherches

Les plus récentes analyses réalisées par des experts internationaux en viennent à la conclusion que le Boeing 777 ne se trouve fort probablement pas là où on le cherche présentement.
Photo: Rob Griffith Archives Associated Press

Les plus récentes analyses réalisées par des experts internationaux en viennent à la conclusion que le Boeing 777 ne se trouve fort probablement pas là où on le cherche présentement.

Sydney, Australie — Deux ans et 160 millions $ US plus tard, les enquêteurs qui essaient de retrouver le vol MH370 de la Malaysia Airlines ont admis mardi que l’avion est probablement tombé dans l’océan Indien au nord de la zone de recherches actuelle.

Les plus récentes analyses réalisées par des experts internationaux en viennent à la conclusion que le Boeing 777 ne se trouve fort probablement pas là où on le cherche présentement.

Les fouilles doivent se terminer au cours des prochaines semaines, mais il est peu probable qu’elles reprennent ensuite plus au nord. Le ministre australien des Transports a déclaré que les nouvelles données ne sont pas suffisamment spécifiques pour justifier une poursuite des recherches.

Les responsables préviennent depuis le premier jour qu’ils ne cherchent pas une aiguille dans une botte de foin, mais bien la botte de foin elle-même.

Le vol MH370 et les 239 personnes qui se trouvaient à bord se sont volatilisés le 8 mars 2014 lors d’un vol entre Kuala Lumpur et Pékin. Les experts s’affairent depuis à analyser une série de communications électroniques entre l’appareil et un satellite, de manière à déterminer où il peut s’être abîmé le long d’une gigantesque courbe dans l’hémisphère sud.

Une fouille des grands fonds d’une zone de 120 000 kilomètres carrés le long de cette courbe n’a encore rien donné.

Le nouvel examen des données satellitaires, combiné à une analyse de la dérive de la vingtaine de débris de l’appareil retrouvés jusqu’à présent, porte les experts à conclure que l’appareil est disparu dans une zone de 25 000 kilomètres carrés de l’océan Indien située au nord de cette courbe.

De nouvelles recherches nécessiteraient toutefois un nouveau financement. Les trois pays qui y participent — la Malaisie, l’Australie et la Chine — ont convenu en juillet que les fouilles de 160 millions $ US seront interrompues dès l’examen de la zone actuelle complété, à moins que des preuves solides permettant de localiser l’appareil ne soient découvertes.

À voir en vidéo