L’interdiction du voile intégral est votée aux Pays-Bas

Le texte de deux pages prévoit l’interdiction de « vêtements dissimulant entièrement le visage » dans les bâtiments de l’enseignement et ceux des soins de santé, du gouvernement et dans les transports publics.
Photo: Jerry Lampen / ANP / Agence France-Presse Le texte de deux pages prévoit l’interdiction de « vêtements dissimulant entièrement le visage » dans les bâtiments de l’enseignement et ceux des soins de santé, du gouvernement et dans les transports publics.

Les députés néerlandais ont adopté mardi un projet de loi interdisant le port du voile islamique intégral dans des lieux publics comme les écoles, les hôpitaux et les transports en commun, des lois similaires existant déjà dans plusieurs pays européens.

« La loi est votée », a déclaré la présidente de la chambre basse du parlement, Khadija Arib, après que la proposition du gouvernement eut été adoptée par 132 voix sur les 150 que compte l’assemblée.

Le texte de deux pages prévoit l’interdiction de « vêtements dissimulant entièrement le visage » dans les bâtiments de l’enseignement et ceux des soins de santé, du gouvernement et dans les transports publics. Les vêtements qui couvrent le visage mais laissent les yeux découverts sont également interdits.

La proposition de loi, qui doit encore être approuvée par le Sénat, ne s’applique pas aux vêtements « nécessaires pour protéger le corps en lien avec la santé ou la sécurité, dans la pratique d’un métier ou d’un sport, pour une activité festive ou culturelle ».

Une infraction sera passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 410 euros.

Sécurité

En présentant le texte en mai, le premier ministre libéral, Mark Rutte, avait évoqué la question de la sécurité, assurant que l’interdiction n’intervenait que dans « des situations spécifiques où il est essentiel que les gens puissent se voir ».

Celle-ci n’a « aucune racine religieuse », avait-il alors ajouté.

Les députés avaient tenu un débat sur le sujet la semaine dernière, en présence d’une dizaine de femmes portant le voile intégral assises dans la galerie du public.

Dans une entrevue accordée à la télévision publique néerlandaise NOS, l’une d’elles, Karima Rahmani, avait affirmé que l’argument sécuritaire avancé par le gouvernement n’était pas pertinent.

« Quand on se rend à la mairie, nous devons nous identifier, tout comme à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, où nous devons l’enlever : l’obligation de s’identifier est déjà prévue dans la loi, avait-elle assuré. Cette loi est une attaque directe contre la liberté d’être qui je veux être, la liberté de s’habiller comme je le veux, sans l’intervention de personne. »