Un séisme fait au moins 564 morts et 300 blessés dans le nord du Maroc

Des secouristes tentent de venir en aide aux victimes du séisme.
Photo: Agence Reuters Des secouristes tentent de venir en aide aux victimes du séisme.

Imzouren — Un violent séisme a fait 564 morts et 300 blessés dans la nuit de lundi à hier dans la province d'Al Hoceïma, sur la côte méditerranéenne du Maroc, selon un bilan provisoire de l'agence officielle marocaine Map.

La secousse, d'une magnitude de 6 degrés sur l'échelle de Richter, s'est produite peu après 02h00 locales (même heure GMT). Elle a surpris les populations dans leur sommeil et affecté surtout deux localités, Im-Zouren et Aït Kamra, à une dizaine de kilomètres au sud et au sud-ouest d'Al Hoceïma, déclarées «zones sinistrées».

Armoires, matelas et autres pièces de mobilier étaient éparpillés et recouverts de poussière sur les bords d'une rue de cette localité située à 20 kilomètres au sud-est d'Al Hoceïma.

Les habitants clament un «Allah Akbar» (Dieu est le plus grand) à chaque corps sorti de sous les décombres par les secouristes. Ils participent aussi aux secours, utilisant pelles, pioches et autres matériels rudimentaires. Cinq corps avaient ainsi été découverts en début de soirée au Quartier des enseignants d'Imzouren, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mais la population dénonce l'insuffisance et la lenteur des secours. «À quatre heures du matin, j'ai vu quatre immeubles détruits et les premiers secours ne sont arrivés que quatre heures plus tard», a déclaré à l'AFP Abdelmalek Azerkane, un commerçant.

«Deux membres de ma famille sont toujours ensevelis sous les décombres», crie de son côté Ahmed Khattabi, furieux contre les secouristes. Hassan Arinqi estime, lui, qu'un seul «hôpital pour une province de deux millions d'habitants est une honte».

Mohamed Allam, médecin dépêché dans la région depuis Rabat, assure que de nombreuses opérations de sauvetage ont été engagées dès l'annonce du sinistre. «En plus, nous sommes dotés de matériel moderne, de groupes électrogènes et d'appareils infra-rouge pour pouvoir travailler la nuit», a-t-il assuré à l'AFP.

Plusieurs habitations du Quartier des enseignants sont restées debout après le séisme, mais leurs murs sont fissurés, a-t-on constaté.

En début de soirée, une pluie fine a commencé à arroser Imzouren. Des habitants craignent qu'elle ne gêne la poursuite des secours.

Devant le nombre important de morts et de blessés pour la capacité de l'hôpital Mohammed V d'Al Hoceima, des blessés et des corps de victimes ont été transférés vers d'autres villes du royaume.

Le roi Mohammed VI, qui s'est rendu sur place, avait donné, tôt hier matin, des instructions pour mobiliser «tous les moyens humains et matériels» pour venir en aide aux populations sinistrées, avait indiqué l'agence marocaine Map.

La forte secousse, de 6,3 degrés d'amplitude sur l'échelle ouverte de Richter, a fait pour l'ensemble de la région 229 morts et 150 blessés, selon le dernier bilan officiel, toujours provisoire.

L'épicentre de la secousse se situe dans la commune d'Aït-Kamra, dans la province d'Al Hoceïma, à 19 kilomètres de la ville du même nom, selon Jabbour Nasser, un représentant du Laboratoire marocain de géophysique.

«Nous avons enregistré des centaines de répliques de ce séisme, beaucoup moins fortes que la secousse initiale», a-t-il ajouté. Les autorités locales écartaient l'hypothèse d'une nouvelle secousse importante à court terme.