La propagande du groupe EI affaiblie, selon une étude

Washington — La propagande du groupe EI, qui a fait la preuve de son efficacité à attirer des recrues, est aujourd’hui affaiblie par les revers militaires des djihadistes en Irak et en Syrie, selon une étude américaine. L’étude dirigée par Daniel Milton, du centre antiterroriste de l’académie militaire de West Point, se base sur la production de documents photo et vidéo du groupe État islamique, une organisation qui depuis ses origines — le groupe al-Qaïda en Irak — a toujours accordé une grande importance à sa communication. Alors que l’étude avait recensé jusqu’à 700 documents photo et vidéo produits par le groupe djihadiste sur le seul mois d’août 2015, elle n’en retrouve qu’à peine 200 sur le mois d’août 2016. « Il est clair » que le groupe EI « a été forcé de réduire ses activités, en raison de la pression » qu’il subit de la part de la coalition internationale menée par les États-Unis, selon Daniel Milton. Par ailleurs, sur le fond, il y a moins aujourd’hui d’images montrant le bon fonctionnement du « califat » djihadiste (écoles, bibliothèques, police, services publics…), note l’étude. L’organisation « peine à maintenir l’apparence d’un État fonctionnel », alors que cette apparence était considérée comme capitale dans la séduction exercée par les djihadistes.