Ouganda - La CPI enquêtera sur le massacre

La Haye — La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé hier l'ouverture d'une enquête sur le massacre qui a fait plus de 200 morts samedi dans le nord de l'Ouganda, lors de l'attaque la plus sanglante attribuée à la rébellion de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) en neuf ans.

«Le procureur [de la CPI] Luis Moreno Ocampo va enquêter sur les crimes commis le samedi 21 février 2004» au camp de déplacés de Barlonyo, selon un communiqué de la CPI publié à La Haye, où siège le tribunal. Il s'agit d'une «enquête préliminaire», a précisé une porte-parole de la CPI, Claudia Perdomo. Le procureur décidera ultérieurement de l'ouverture d'une enquête officielle, a-t-elle ajouté.

La CPI est le premier tribunal permanent chargé de la répression des crimes de génocide et des crimes de guerre. Fin janvier, le procureur de la CPI avait évoqué la possibilité d'ouvrir une enquête sur les agissements de la LRA, tout en précisant que la décision d'ouvrir formellement une enquête ne se ferait que «dans les mois qui viennent». Cette annonce intervenait après la décision en décembre du président ougandais Yoweri Museveni de saisir la CPI des agissements de la LRA. Plus de 200 personnes ont été tuées samedi dans le nord de l'Ouganda par des rebelles présumés de cette rébellion, selon un dernier bilan établi hier à partir de plusieurs témoignages sur place. Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a «condamné fermement» le massacre.