Paris derrière Ingrid Betancourt

Paris — Plusieurs centaines de personnes ont manifesté hier après-midi à Paris pour demander la libération des quelque 3000 otages retenus en Colombie et de la militante franco-colombienne Ingrid Betancourt, deux ans presque jour pour jour après son enlèvement par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Mélanie Betancourt, sa fille de 18 ans, a participé à cette manifestation avec ses frères Lorenzo, 15 ans, et Sébastien, 29 ans. Aux côtés de quelque 500 manifestants, selon la police, 1500, selon les organisateurs, ils se sont rendus du parvis du Trocadéro au «Mur pour la paix» sur le Champs de Mars, en face de l'École militaire.

«Une situation comme celle-ci ne peut pas continuer. Ce n'est pas possible qu'il y ait 3000 otages en Colombie et qu'on ne fasse rien, que le monde ne réagisse pas», a lancé Mélanie Betancourt. «On doit réagir maintenant et faire que le président Uribe accepte un accord humanitaire et faire aussi que les FARC arrêtent avec les enlèvements.»

«On constate que, depuis deux ans, le gouvernement Uribe n'a rien fait en ce qui concerne le sort des otages. Si le gouvernement Uribe ne fait rien, si les FARC ne sont pas encore prêtes à libérer les otages, nous devons exercer une véritable pression, parce qu'on ne peut pas attendre que les choses passent comme ça. On doit réagir», a poursuivi Mélanie.