L'explosion d'un train sème la mort en Iran

Nichapour - Un train de marchandises transportant du carburant et des engrais a déraillé avant d'exploser hier dans le nord-est de l'Iran, faisant près de 300 morts.

Les victimes sont essentiellement des habitants de la région venus en curieux ainsi que des pompiers qui s'étaient précipités sur les lieux pour combattre un premier incendie avant que les wagons ne prennent feu, a précisé l'agence de presse officielle IRNA.

Le bilan des victimes s'établit pour l'instant à 295 tués, d'après un document officiel établi par les autorités de la province de Khorassan et destiné au ministère de l'Intérieur, dont Reuters a pu se procurer un exemplaire.

D'après l'IRNA, le gouverneur de la ville voisine de Nichapour, à 20 kilomètres de là, fait partie des morts, de même que le directeur du réseau local d'électricité, le chef des sapeurs-pompiers ainsi que le correspondant de l'agence de presse, âgé de 26 ans. Plusieurs villages des environs ont été complètement rasés, leurs habitants ensevelis dans l'effondrement des murs en pisé de leurs maisons soufflées par la déflagration.

Le convoi, qui s'est détaché pour une raison inconnue, roulait apparemment sans conducteur au moment du déraillement, suivi de l'explosion. À la tombée du jour, des volutes de fumée noire s'échappaient toujours de l'épave du train, qui comptait 51 wagons.

La région, aux confins de l'Afghanistan et du Turkménistan, reste traumatisée par le séisme qui, le 26 décembre, a tué plus de 40 000 personnes dans la cité antique de Bam, à 650 kilomètres plus au sud. À en croire l'IRNA, des secousses telluriques ont pu contribuer à détacher les wagons du reste du convoi mais les autorités affirment qu'il est prématuré de tenter d'attribuer une cause à l'accident.