Kerry remporte de justesse la primaire du Wisconsin devant Edwards

John Kerry, vainqueur à l’arraché de la primaire du Wisconsin.
Photo: Agence Reuters John Kerry, vainqueur à l’arraché de la primaire du Wisconsin.

Madison — Le sénateur John Kerry a remporté hier la primaire démocrate du Wisconsin (nord), une victoire à l’arraché devant John Edwards, alors qu’Howard Dean semblait définitivement distancé dans la course à la Maison-Blanche.

Cette victoire du sénateur du Massachusetts, la 15e sur les 17 États déjà consultés, confirme sa position de meneur dans le course à l’investiture démocrate, bien qu’Edwards se soit révélé dans le Wisconsin un rival plus coriace que prévu.
Des résultats provisoires, après un dépouillement de 83% des urnes, créditent Kerry de 39% des voix contre 35% pour le sénateur de la Caroline du Nord et 18% pour l’ex-gouverneur du Vermont.
Ce score serré constitue une réelle surprise puisqu’Edwards finit assez près de John Kerry, alors que tous les sondages, sans exception, prévoyaient une large victoire du sénateur du Massachusetts.
La majorité des experts estiment que ce parlementaire sera celui qui affrontera le président républicain sortant George W. Bush lors de l’élection présidentielle du 2 novembre.
Un récent sondage pour le Washington Post et la chaîne de télévision ABC a crédité Kerry de 52% des voix contre 43% pour le président sortant, si l’élection présidentielle avait lieu maintenant.
«Honnêtement, je suis surpris», a déclaré hier soir M. Edwards interrogé «à chaud» sur la chaîne de télévision CNN. «J’attendais impatiemment que cette course devienne un duel», a poursuivi le sénateur de la Caroline du Nord que nombre de démocrates souhaiteraient voir courir pour la vice-présidence au côté de Kerry.
Ce dernier a de son côté martelé un discours ressemblant mot pour mot à celui qu’il prononce depuis sa première victoire dans l’Iowa. «M. Bush, quand vous voulez !», a-t-il lancé une énième fois devant une foule qui scandait son nom à Middletown, dans le Wisconsin.
Dean, en dépit de son mauvais résultat, le dernier d’une série de défaites depuis le début du marathon électoral puisqu’il n’a remporté aucune primaire ni caucus, n’en a pas pour autant jeté l’éponge. «Nous n’en avons pas fini» a-t-il répété devant plusieurs centaines de supporteurs enthousiastes. «Nous n’avons pas fait aussi bien que nous l’espérions, mais je veux aussi que vous pensiez un instant à tout le chemin que nous avons parcouru», a-t-il ajouté.
Dean, qui avait dans un premier temps indiqué qu’il se retirerait de la course à la Maison Blanche en cas de mauvais résultats dans le Wisconsin, était par la suite revenu sur son annonce en invoquant les pressions de ses partisans.
Selon les responsables de sa campagne, Dean devrait regagner le Vermont aujourd’hui pour évaluer la situation. Edwards et Dean, espéraient tous deux un score suffisant pour justifier leur maintien dans la course jusqu’au «Super Tuesday», le 2 mars, date à laquelle 10 États seront consultés, dont ceux de New York et de la Californie.