Élections ou pas, les chiites d'Irak veulent du pouvoir

Bagdad — Les représentants de la communauté chiite au Conseil intérimaire de gouvernement irakien sont prêts à renoncer à ce que des élections aient lieu avant le transfert de pouvoir prévu fin juin, à condition toutefois qu'un gouvernement intérimaire garantisse leur domination politique.

«Il y a deux possibilités: soit des élections, soit des compromis tenant compte des équilibres existants, a déclaré Adel Abdel Mahdi, responsable du Conseil suprême pour la révolution islamique en Irak (SCIRI), premier parti de la communauté chiite irakienne, qui constitue environ 60 % de la population. Si l'on refuse les élections, alors on doit accepter l'équilibrage», ajoute Mahdi.

Le plan initial de Washington comprenait un système de caucus à l'américaine destiné à élire un organe provisoire chargé de rédiger une constitution et de conduire le pays vers des élections libres en 2005.