État d’urgence dans un climat totalitaire

Le visage du président Erdogan apparaît sur un écran lors d’une manifestation en faveur du gouvernement à Ankara. Le régime a appelé les habitants à montrer leur soutien après la tentative de coup d’État.
Photo: Dimitar Dilkoff Agence France-Presse Le visage du président Erdogan apparaît sur un écran lors d’une manifestation en faveur du gouvernement à Ankara. Le régime a appelé les habitants à montrer leur soutien après la tentative de coup d’État.

En déclarant l’état d’urgence sans crier gare et en sommant des centaines d’universitaires de rentrer au pays sous peine de représailles, la Turquie s’est engagée dans une trajectoire aussi inquiétante qu’imprévisible mercredi.

La purge se poursuit au pays de Recep Tayyip Erdogan, cinq jours après le coup d’État raté. Arrestations, suspensions, destitutions… Le coup de balai d’Ankara touche plus de 58 000 personnes, enseignants, policiers, juges, généraux et journalistes. Neuf mille d’entre eux ont été emprisonnés.

Le président turc a annoncé tard mercredi « l’instauration de l’état d’urgence pour trois mois », au bout d’une rencontre de cinq heures du Conseil de sécurité national, lui permettant d’imposer un couvre-feu et de restreindre le droit de manifester, et celui de circuler dans certains secteurs. Le vice-premier ministre Numan Kurtulmus a cependant déclaré aux médias turcs que le gouvernement espérait pouvoir lever l'état d'urgence «dans un mois ou un mois et demi», «si les conditions reviennent à la normale».

Cette mesure est « nécessaire pour éradiquer rapidement tous les éléments de l’organisation terroriste impliquée dans la tentative de coup d’État », a assuré M. Erdogan, visant sans le nommer un opposant politique, Fethullah Gülen, dont il réclame l’extradition des États-Unis. Le président turc s’est ainsi montré persuadé que « d’autres pays pourraient être impliqués » dans ce putsch.

La Turquie est désormais au bord du gouffre, et son effondrement aurait de graves conséquences au Moyen-Orient

 

Tous les professeurs rattachés à des universités turques et se trouvant à l’étranger ont également été sommés de rentrer au pays, où ils doivent se rapporter au travail à la première heure jeudi, tandis que l’ensemble du corps professoral universitaire a été interdit de sortir du pays. Pas moins de 21 000 enseignants auraient vu leur brevet révoqué, et 1577 doyens de facultés auraient été limogés. « Les universités ont toujours été cruciales à la junte militaire et certains individus seraient en contact avec des poches contestataires dans l’armée », a expliqué un porte-parole gouvernemental au quotidien britannique The Telegraph, pour justifier ces actions.

Sur la voie du totalitarisme

Le Devoir s’est entretenu avec un professeur turc sous le couvert de l’anonymat, car il craint que sa famille ne fasse l’objet de représailles. Cet intellectuel, qui se trouve à l’extérieur de la Turquie, ne fait pas partie des milliers de personnes qui ont été sommées de rentrer au pays par Ankara au cours des prochaines heures. Les mesures exceptionnelles prises dans les dernières heures « ressemblent à l’incendie du Reichstag », dit-il. L’embrasement, dans la nuit du 27 au 28 février 1933, du siège du parlement allemand avait alors été récupéré par les nazis à des fins politiques et fut suivi d’une proclamation suspendant les libertés individuelles, et par une campagne de répression à l’encontre des communistes allemands.

Si Erdogan s’est engagé à ne faire « aucun compromis » sur la démocratie, rappelant au passage que la France se trouve, elle aussi, visée par un état d’urgence à la suite des attentats de Paris et de Nice, les décisions récentes du gouvernement turc tendent toutefois à démontrer que celui-ci « glisse peu à peu vers le totalitarisme », estime le professeur de droit international Payam Akhavan, rattaché à l’Université McGill.

« Il semble que la tentative de coup d’État soit devenue un prétexte pour réprimer davantage la société civile turque, une tendance qui a débuté il y a de cela déjà quelques mois et qui vise à démanteler les institutions démocratiques nationales. Il y a cinq ans, la Turquie était une puissance régionale florissante, un îlot de stabilité. La Turquie est désormais au bord du gouffre, et son effondrement aurait de graves conséquences au Moyen-Orient », estime le juriste ayant oeuvré aux tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda.

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion, s’est dit lui aussi « préoccupé » par les actions d’Ankara, appelant la Turquie à respecter les droits élémentaires des milliers de personnes qui auraient été arrêtées sans motifs, et de mettre fin à « des actes troublants de représailles et d’intimidation ».

Dans les universités montréalaises également, la crise politique turque se fait sentir. Elles sont nombreuses à accueillir des dizaines d’étudiants d’origine turque chaque année. La répression annoncée étonne.

C’est le cas à McGill où, bon an mal an, près de 160 étudiants nés en Turquie poursuivent leurs études, à titre de citoyens canadiens ou d’étrangers. L’établissement compte également une dizaine de professeurs d’origine turque, mais on ignorait mercredi si certains se trouvaient en Turquie.

À l’Université du Québec à Montréal, on a décidé lundi de suspendre tous les échanges étudiants prévus en Turquie en 2016-2017, et possiblement pour 2017-2018. « Suivant la situation actuelle dans le pays, l’Université a jugé que le risque encouru par ses étudiants est trop élevé pour qu’elle s’assure tant de leur sécurité que de la jouissance de leur séjour », a expliqué la porte-parole Jenny Desrochers. Aucun professeur et chargé de cours de la Turquie n’est en résidence ou en prêt à l’UQAM. Un premier survol semblait indiquer qu’aucun professeur ne se trouve en Turquie actuellement.

L’Université de Montréal évalue elle aussi les mesures à prendre en lien avec la dégradation de la situation dans ce pays, bien qu’il semble qu’aucun professeur de l’UdeM ne soit actuellement sur les lieux. Une poignée d’étudiants turcs suivent des cours à la session d’été, a confirmé Geneviève O’Meara, porte-parole de la maison d’enseignement.

L’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) demande quant à elle aux autorités turques de cesser les manoeuvres de répression à l’égard des universitaires et enseignants à la suite du coup d’État raté. L’organisme en était à évaluer mercredi l’impact sur ses membres ou leurs collègues turcs qui pourraient se trouver actuellement au Canada.

6 commentaires
  • Christian Labrie - Abonné 21 juillet 2016 05 h 12

    Octobre 1970!

    "Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion, s’est dit lui aussi « préoccupé » par les actions d’Ankara, appelant la Turquie à respecter les droits élémentaires des milliers de personnes qui auraient été arrêtées sans motifs"

    • Pierre Robineault - Abonné 21 juillet 2016 10 h 40

      C'est là la seule "bonne" nouvelle, celle de constater que Stéhane Dion semble avoir enfin et vraiment compris!

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 21 juillet 2016 14 h 05

      J'ai la mémoire "longue"...et plusieurs Québécois l'ont aussi
      Le PLC ...préoccupé ??? On le serait à moins...
      Je me souviens...

  • Gilbert Turp - Abonné 21 juillet 2016 09 h 03

    Redoutable efficacité

    Cette purge hyper-efficace laisse songeur : la liste des noms ciblés était-elle prête avant le putsch ? Est-ce qu'une purge s'en venait de toute façon ?

    Si oui, il se peut bien que des militaires mis au courant que ça s'en venait aient fait une tentative désespérée de coup d'État.

  • Michaël Lessard - Abonné 21 juillet 2016 11 h 36

    Erdogan mérite une révolution plutôt qu'un coup d'État

    Erdogan rend son véritable visage plus visible et manifeste.

    Ses gestes récents risquent de susciter plutôt une révolution et il le mérite amplement.

  • Yvon Hachey - Inscrit 21 juillet 2016 13 h 23

    Dérive

    N’est-ce pas ce pays sur lequel compte les États-Unis pour faire la leçon de démocratie et de bonne conduite à la Russie? Semble-t-il la 2e armée en importance au sein de l’OTAN? La dérive liberticide de cette administration est une honte pour les autres pays du monde occidental! Nous sommes loin de l'héritage laïque de Mustapha Kemal.