En bref: Le Hezbollah revendique le droit de miner

Beyrouth— Le Hezbollah libanais a revendiqué publiquement, et ce pour la première fois, hier, le droit de poser des explosifs à la frontière avec Israël, un procédé dont l'État juif se plaint fréquemment auprès des Nations unies.

«Il y a des endroits à la frontière où les Israéliens ont l'habitude de passer. Je le dis publiquement: c'est notre droit d'y poser des explosifs et de s'y tenir en embuscade», a déclaré le cheikh Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, à des milliers de sympathisants. «L'ennemi israélien n'a pas le droit de demander à la Force intérimaire des Nations unies au Liban de venir les enlever», a-t-il ajouté. Dans le même temps, le Conseil de sécurité a exhorté le Liban à affirmer son autorité sur le sud du pays, plutôt que de le laisser sous le contrôle du Hezbollah, qui a combattu pendant 22 ans l'occupation du sud par Israël, jusqu'au retrait de l'État juif, en mai 2000.