Serbie - Karadzic et Mladic se cacheraient à Belgrade

Bruxelles — L'ancien dirigeant des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, inculpé pour crimes de guerre, a trouvé refuge à Belgrade, selon le procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, Carla del Ponte, une information aussitôt démentie par les autorités serbes.

«J'ai reçu, pas plus tard que la semaine dernière, une information d'une source crédible selon laquelle même Karadzic se trouve maintenant à Belgrade», tout comme le général Ratko Mladic, l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, a affirmé Carla del Ponte à la presse bruxelloise hier. «Nous avons les plus hauts responsables des crimes de guerre durant le conflit en Bosnie, Ratko Mladic et Radovan Karadzic, à Belgrade», avec laquelle «la coopération est gelée», a-t-elle assuré. «Belgrade est à présent un refuge pour les fugitifs» recherchés par le TPI, a ajouté Mme del Ponte.

Selon elle, «environ 15» des 21 fugitifs actuels recherchés par le TPI se trouveraient en Serbie.

Pas de preuve

À Belgrade, le premier ministre serbe sortant Zoran Zivkovic a rejeté les affirmations de Mme del Ponte, qui ne contiennent, selon lui, «aucune preuve qui aiderait» les organes de sécurité de la Serbie à arrêter les suspects recherchés par le TPI.

«Les déclarations de Mme del Ponte n'ont rien d'inattendu, elles sont plus ou moins les mêmes depuis des années, mais jusqu'à présent, elle n'a jamais offert d'information qui aiderait l'arrestation des suspects et encore moins des preuves qui confirmeraient ses dires», a déclaré M. Zivkovic, cité par l'agence Beta.

De son côté, la police serbe a dit «ne pas disposer d'informations qui confirmeraient les affirmations de Mme Carla del Ponte».

«À bien des occasions, il s'est avéré que les affirmations de Mme del Ponte étaient fausses», a pour sa part affirmé Milorad Jovanovic, porte-parole du Parti démocratique de Serbie (DSS) de Vojislav Kostunica.