L'ONU veut 500 millions pour le Liberia

Nations unies — Les États-Unis et les Nations unies s'attendent à ce que les pays développés consentent à verser près de 500 millions de dollars pour la reconstruction du Liberia, ravagé par 14 années de guerre, à l'occasion d'une conférence de donateurs organisée hier.

L'administration Bush a déjà promis de verser 200 millions d'euros et l'Union européenne, ainsi que le Japon, devraient fournir le reste, a-t-on appris auprès de responsables américains et à l'ONU.

Parrains de la conférence, les États-Unis, les Nations unies et la Banque mondiale ont estimé que le Liberia avait besoin dans les deux années à venir de 488 millions de dollars pour des projets comme l'enlèvement du port de Monrovia de bateaux à l'abandon ou la mise en place d'infrastructures sanitaires et de transport ainsi que l'installation de lignes téléphoniques. «Il ne s'agit pas de reconstruire Paris ou Londres. Nous voulons seulement établir des infrastructures de base au Liberia», a déclaré Jacques Paul Klein, représentant spécial de l'ONU au Liberia. Le Liberia a longtemps été perçu comme le foyer de propagation des conflits dans l'Ouest africain.