Sistani échappe à un attentat

Najaf — Le dignitaire chiite le plus influent d'Irak, le grand ayatollah Ali Sistani, a échappé hier à une tentative d'assassinat dans la ville sainte de Najaf à la veille de l'arrivée d'une mission de l'ONU sur les élections réclamées par les chiites. «Une personne a essayé d'entrer dans le bureau de Sayyed Sistani afin de perpétrer un acte criminel [le] visant, mais ses gardes ont fait échouer cette tentative», a indiqué un proche des autorités religieuses de Najaf, précisant que le grand ayatollah était indemne.

«Je viens de rencontrer Sayyed Sistani, qui est sain et sauf», a pour sa part déclaré un membre du Conseil de gouvernement transitoire irakien, Mouaffak al-Roubaï. Dans la soirée, la situation était calme dans les environs du bureau et de la maison de l'ayatollah Sistani, situés près du mausolée de l'imam Ali, a constaté un correspondant de l'AFP. L'ayatollah Sistani s'est imposé depuis la chute du régime comme la principale figure politique en Irak. Ce dignitaire religieux, fermement opposé à toute résistance armée contre la coalition, est en revanche resté intraitable sur deux points: les étrangers n'ont pas à intervenir dans la Constitution de l'Irak et les élections doivent se faire au suffrage universel.