Un écrasement d’avion fait 62 morts en Russie

Un Boeing en provenance de Dubaï (Émirats arabes unis) s’est écrasé dans la nuit de vendredi à samedi à l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, faisant 62 morts, alors qu’il essayait d’atterrir dans de mauvaises conditions de visibilité.
 

Le Boeing 737-800 de la compagnie flydubai en était à sa seconde tentative d’atterrissage quand il s’est écrasé à 3 h 42 (heure locale) dans une énorme boule de feu, propulsant des débris retrouvés jusqu’à un kilomètre et demi du lieu de l’écrasement.

« Toute la maison a commencé à trembler. J’ai regardé par la porte et le ciel était complètement rouge, d’une couleur que je n’avais jamais vu », a déclaré à l’AFP Iana, qui vit près de cet aéroport dans le sud-ouest de la Russie.

Cinquante-cinq passagers avaient embarqué à bord du vol FZ981: « 44 Russes, huit Ukrainiens, deux Indiens et un Ouzbek », selon la compagnie, qui précise qu’il y avait 33 femmes, 18 hommes et quatre enfants à bord.

Parmi les sept membres d’équipage se trouvaient deux Espagnols, une Colombienne, un Kirghiz, ainsi qu’un steward originaire des Seychelles et le pilote chypriote.

« Au nom de flydubai, j’aimerais exprimer l’abattement que nous avons tous ressenti après l’évènement tragique de ce matin », a assuré dans un communiqué le PDG de la compagnie aérienne, Ghaith Al Ghaith.


Tentative d'atterrissage 
 

L’avion avait survolé pendant plus de deux heures l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, avant cette deuxième tentative d’atterrissage en raison du mauvais temps, a précisé le ministère des Situations d’urgence.

« Il a frôlé la piste d’atterrissage avec l’une de ses ailes et a commencé à se désintégrer », a-t-il précisé.

Les deux boîtes noires de l’appareil ont été retrouvées « dans un état normal » et pourront être analysées, ont indiqué les enquêteurs.

   

Il a fallu plus d’une heure pour que les pompiers réussissent à maîtriser l’incendie, et plus de 700 secouristes et cent véhicules ont été dépêchés sur les lieux du drame, selon le ministère.

   

Hommages

 

Dans l’aéroport, des fleurs ont été déposées devant une liste des victimes affichée dans le terminal, selon un journaliste de l’AFP sur place.

« J’ai allumé les infos et j’ai pensé que c’était une attaque terroriste », a déclaré à l’AFP Alexandre Tchistiakov, le frère d’une victime. « Mon frère avait 15 ans de plus que moi. C’était un chirurgien respecté [...] C’est une telle perte ».

Le président Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux familles des victimes, tandis que le comité d’enquête a annoncé ouvrir une enquête criminelle pour violation des règles de sécurité et d’exploitation du transport aérien.

« Différentes versions de l’événement sont en train d’être analysées, parmi lesquelles une éventuelle erreur de l’équipage, un problème technique à bord, des difficiles conditions météorologiques et d’autres facteurs », a précisé le porte-parole du comité, Vladimir Markine.

Lors d’une conférence de presse à Dubaï, Gaith al-Ghaith a exclu la thèse de l’acte criminel et annoncé l’envoi en Russie d’une équipe pour participer à l’enquête.
Boeing a indiqué dans un communiqué « être prêt à fournir l’assistance technique nécessaire » à l’enquête.

Il pleuvait à verse à Rostov-sur-le-Don et une alerte aux vents forts avait été émise par l’antenne locale du ministère des Situations d’urgence.

Vols annulés

La principale compagnie aérienne russe, Aeroflot, a annulé ses vols de samedi et dimanche à destination de Rostov-sur-le-Don, et plusieurs autres compagnies ont redirigé leurs vols vers l’aéroport de Krasnodar, distant de 300 kilomètres.

flydubai, qui appartient au gouvernement de Dubaï, est née en mars 2008. Cette compagnie à bas coût a connu une forte expansion à l’ombre de sa grande soeur, la compagnie Émirats, la première du monde en terme de passagers internationaux.

La compagnie, qui n’a pas connu d’accident majeur depuis sa création, dessert 90 destinations à moins de six heures de vol de Dubaï avec une flotte de 50 Boeing 737.

Le dernier accident mortel d’un avion de ligne sur le territoire russe remonte à novembre 2013, quand un Boeing 737 de la compagnie Tatarstan s’était écrasé à l’aéroport de Kazan, faisant 50 morts. En décembre 2014, le p.-d.g. de Total Christophe de Margerie avait également trouvé la mort dans le crash au décollage de son jet à l’aéroport moscovite de Vnoukovo, faisant quatre morts au total.

La Russie a été récemment endeuillée par un autre crash d’avion : le 31 octobre, un Airbus A-321 s’est écrasé dans le Sinaï quelques minutes après avoir décollé de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, un drame qui avait coûté la vie aux 224 passagers.

Suite à cet attentat, Moscou avait interdit les liaisons aériennes entre la Russie et l’Égypte, destination touristique populaire pour les Russes.