Un militant des droits agressé en Tchétchénie

Moscou — Le président d’une ONG de défense des droits de la personne, dont des membres avaient récemment été passés à tabac en entrant en Tchétchénie, a à son tour été agressé à Grozny dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce nouvel incident en Tchétchénie intervient sur fond de tensions entre opposants libéraux, journalistes indépendants et défenseurs des droits de la personne d’une part et l’homme fort de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov. Le président de l’ONG Comité contre la torture, Igor Kaliapine, était dans sa chambre d’hôtel pour donner une interview quand les problèmes ont commencé. « Un homme, âgé de 60 ans, qui s’est présenté comme le directeur général de l’hôtel, un gardien en uniforme noire et une autre personne sont entrés dans ma chambre » a raconté M. Kaliapine. « Le directeur m’a dit que comme je critiquais le président et la police tchétchènes, je devais quitter l’hôtel », a-t-il affirmé, ajoutant qu’il avait ensuite été forcé de descendre dans la réception où une trentaine de femmes en colère l’attendaient. Le militant a ensuite été agressé par « de jeunes hommes […] portant des masques noirs », sans toutefois lui infliger de « graves lésions », selon le juriste de l’ONG, Dmitri Outoukine. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié cette agression d’inacceptable.