Série de sept primaires demain aux États-Unis - Kerry compte s'imposer par KO

Columbia, États-Unis — Le sénateur John Kerry qui fait la course en tête parmi les prétendants démocrates à la Maison-Blanche va chercher à mettre à genoux ses rivaux dès demain à l'occasion d'une série de sept primaires et caucus.

Les derniers sondages indiquaient hier que le sénateur du Massachusetts, 60 ans, était largement en tête dans au moins quatre des sept États qui organisent demain des consultations.

Dans le Missouri (centre), M. Kerry, vainqueur dans l'Iowa (centre) et le New Hampshire (nord-est) en janvier, est crédité plus de 44 % des intentions de vote.

Toutefois, il est pour l'instant distancé en Caroline du Sud (sud-est) par le sénateur de l'État voisin de Caroline du Nord, John Edwards, qui compte sur une victoire dans ce scrutin pour se maintenir dans la course.

Dans l'Oklahoma (sud), le général à la retraite Wesley Clark est dans un mouchoir de poche avec le sénateur Kerry, selon les sondages.

Avec les sept primaires et caucus (assemblées électorales) qui se déroulent demain, la course des démocrates change de nature, devenant véritablement nationale, et éliminatoires pour les candidats les plus faibles.

Cette salve d'élections va mettre en jeu 269 délégués sur les 2162 nécessaires pour devenir le candidat démocrate qui affrontera le président George W. Bush le 2 novembre.

Les primaires ont lieu demain dans le Missouri, en Arizona, Caroline du Sud, Oklahoma et au Delaware. Les caucus (assemblées électorales) sont organisés le même jour au Nouveau Mexique (sud-ouest) et dans le Dakota du Nord (nord).

Une question de survie pour Edwards et Clark

Si l'objectif de Kerry est de confirmer son avance face à ses six rivaux, il s'agit d'une question de survie pour Edwards et Clark. Obtenir au moins une victoire demain signifierait pour ces deux candidats qu'ils peuvent prétendre se maintenir en course jusqu'au «super mardi» du 2 mars.

Des élections primaires et des caucus auront lieu ce jour là dans dix États dont ceux de Californie (370 délégués) et de New York (236 délégués). Un total de 1151 délégués seront désignés le «super mardi».

Longtemps favori des sondages, l'ancien gouverneur du Vermont Howard Dean ne semble pas en mesure d'inquiéter Kerry demain. Les sondages le donnent assez loin derrière ses principaux rivaux. Il n'est crédité que de 8 % d'intentions de vote dans le Missouri, de 12 % dans l'Arizona et de 9 % en Caroline du Sud.

Les minces espoirs de Dean reposent désormais sur le caucus de l'État industriel du Michigan (nord) prévu le 7 février et la primaire du Wisconsin (nord) le 17 février.

Les consultations de demain pourraient également s'avérer fatales pour l'ancien colistier d'Al Gore en 2000, le sénateur Joe Lieberman, le représentant de l'Ohio Dennis Kucinich et l'activiste noir Al Sharpton.

Un candidat capable de battre Bush

Alors que la course entre les démocrates monte en puissance, un nouveau sondage montre que le président Bush pourrait être mis en difficultés en novembre prochain.

Selon ce sondage publié samedi par le magazine Newsweek, 49 % d'Américains ne souhaitent pas la réélection du président. Le même sondage montre que Kerry battrait Bush sur le fil avec 48 % des voix contre 46 %.

Les enquêtes d'opinion ont révélé que les électeurs démocrates veulent avant tout un candidat capable de battre Bush, qui se présente à un second mandat de 4 ans sans opposition interne parmi les républicains.

Kerry, qui a bénéficié de la chute de Dean considéré il y moins d'un mois comme le challenger le plus probable du président sortant, semble aujourd'hui en mesure de fédérer l'opposition démocrate.

On devrait savoir demain si la bataille des démocrates sera courte ou se prolongera encore plusieurs semaines.