Al-Qaïda a toujours l'aviation dans sa mire

Washington — Des «menaces crédibles» ont conduit samedi à l'annulation de dix vols entre la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, convaincus de l'intention de l'organisation al-Qaïda d'utiliser des vols internationaux pour mener des actions terroristes.

«Des informations sur une menace crédible et spécifique ont été communiquées à des gouvernements étrangers, parmi lesquels les gouvernements britannique et français, et la décision a été prise d'annuler ces vols», a déclaré à l'AFP une porte-parole du département de la Sécurité intérieure, sous couvert de l'anonymat.

«Nous demeurons inquiets face au désir d'al-Qaïda de prendre pour cible l'aviation internationale», a-t-elle ajouté sans préciser la nature des menaces ayant conduit à l'annulation de vols des compagnies British Airways, Air France et Continental Airlines, ni si elles provenaient de l'organisation qui a revendiqué les attentats du 11 septembre 2001 contre New York et Washington.

La compagnie américaine Continental Airlines qui avait annulé samedi un vol en provenance de Glasgow (Écosse) à destination de Los Angeles, via New York, a annulé hier un vol intérieur entre Washington et Houston (Texas, sud).

Selon le Washington Post qui citait hier de hauts responsables de l'administration américaine, les annulations de vols font suite à des renseignements indiquant qu'al-Qaïda chercherait à introduire une substance chimique ou biologique dans un avion, voire un engin radioactif.

Air France comme British Airways ont justifié les annulations par des «raisons de sécurité».

Le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, a également invoqué de «nouvelles menaces». «Dans le cadre de la concertation quotidienne que nous avons avec l'ensemble des responsables internationaux, et au premier chef bien sûr l'administration américaine, il a été fait état effectivement de nouvelles menaces comme celles que nous avons connues à la fin de l'année dernière», a-t-il dit.