Aide à mourir: la France fait un premier pas

Paris — Le Parlement français a autorisé mardi soir l’endormissement des malades en phase terminale. Il s’agit d’un premier pas vers une meilleure prise en compte des souhaits des patients en fin de vie qui évite de rouvrir le débat sur l’euthanasie. Dans un climat inhabituellement consensuel, les sénateurs, comme les députés avant eux, ont voté à la quasi-unanimité une proposition de loi autorisant le recours à une « sédation profonde et continue » jusqu’au décès pour certains malades incurables qui en feraient la demande. Ce vote scelle, après un an de parcours délicat, l’adoption définitive de ce texte marquant « une avancée historique », selon la ministre de la Santé Marisol Touraine. La Belgique a franchi le cap des 2000 cas d’euthanasie en 2015, un record depuis que la pratique a été autorisée sous conditions en 2002 dans le royaume, selon la commission de contrôle.

1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 28 janvier 2016 09 h 30

    La SPC, non merci, pas pour moi

    Circule aussi cette phrase : «Le droit de dormir avant de mourir pour ne pas souffrir». (Jean Leonetti).

    La France, à l'usage, verra les avantages, les inconvénients et les risques de la SPC pour les proches et les soignants. Accompagner et soigner un mourant qui dort et meurt quelques jours, longtemps, très longtemps, avec les pipi-caca-vomi-cris-suintements-couleur vert... Non vraiment, jamais, par amour pour moi-même et pour mes proches et pour mes soignants, je n'accepterais ce soin. Par amour pour la vie et pour les vivants.

    Endormissement est un terme plus facile à comprendre que le mot Sédation; tout comme le mot Terminale, plus facile à comprendre par tous que le mot Continue. Endormissement s'approche du mot mourissement, selon moi.

    J'espère qu'il sera possible prochainement en France de demander et de recevoir l'aide médicale à mourir. Comme au Québec et bientôt au Canada.

    Souvent la France a inspiré et inspire le Québec et le Canada. Dans le dossier des soins de fin de vie, il est agréable de savoir que Le Québec et Le Canada vont inspirer la France !

    Un souhait : que la France cesse de parler de Fin de la vie (débat interminable, à savoir qui a raison et qui va gagner !) et qu'elle parle enfin des Soins de fin de vie, et des Soins de fin de vie appropriés et personnalisés.

    Une crainte : que ce seul choix, SPC, en plus des SP traditionnels, pousse des finissants de la vie vers le suicide. Et les impacts négatifs sont si nombreux et si nuisibles au processus du deuil.

    Vivent les soins de fin de la vie libres!