Dix mille personnes manifestent à Istanbul

Istanbul — Quelque 10 000 personnes ont dénoncé samedi soir à Istanbul la responsabilité du gouvernement dans le double attentat meurtrier qui a visé un rassemblement pour la paix de l’opposition à Ankara, a constaté un photographe de l’AFP.

Derrière une large bannière proclamant « nous connaissons les meurtriers », les manifestants ont conspué le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et son Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002.

« Erdogan meurtrier » ou « La paix l’emportera », ont-ils scandé sur l’avenue Istiklal, la grande artère piétonne située au coeur de la partie européenne de la plus grande ville de Turquie.

D’importants effectifs de police ont encadré le défilé, qui s’est déroulé sans incident.

Des rassemblements similaires ont été signalés dans l’après-midi, notamment à Diyarbakir, la grande ville du sud-est à majorité kurde de la Turquie, où des incidents ont éclaté entre les manifestants et la police, qui a fait usage de grenades lacrymogènes, selon un autre photographe de l’AFP.

L’agence de presse Dogan a également signalé des marches de protestation à Izmir (ouest), Batman, Urfa et Van (sud-est).

Au moins 86 personnes ont été tuées et 186 blessés lors d’un double attentat-suicide qui a visé des militants de partis, syndicats et ONG de gauche proches de la cause kurde venus manifester près de la gare d’Ankara pour dénoncer la reprise du conflit kurde. Cet attentat est le plus meurtrier jamais recensé sur le sol turc.

Mobilisation en France et en Suisse

 

L’attentat a eu des échos jusqu’en Europe, où des milliers de personnes ont manifesté en France et en Suisse.

Environ 1000 personnes ont manifesté pacifiquement samedi à Zurich en signe de solidarité envers les victimes du double attentat, a indiqué la police municipale.

« Après les attentats à Ankara a eu lieu […] une manifestation autorisée, avec près de 1000 participants », a expliqué la police zurichoise dans un communiqué, précisant qu’il s’agissait d’une « manifestation pacifique ».

La manifestation dans le centre-ville de cette ville suisse a duré plus de deux heures.

 

« Stop à la terreur de l’État en Turquie », pouvait-on lire sur une des pancartes, selon l’agence de presse suisse ats.

Environ un millier de manifestants, en très large majorité kurdes, se sont réunis samedi à Paris pour dénoncer l’attentat, selon des journalistes de l’AFP.

Les participants se sont rassemblés de manière spontanée dans le calme en début d’après-midi sur la place de la République, certains brandissant des drapeaux du parti prokurde turc pour la démocratie des peuples (HDP).

« Le Conseil démocratique kurde en France condamne avec force cet attentat lâche et immonde. Les peuples de Turquie ne se laisseront pas intimider par ces agressions contre ceux qui luttent pour la paix ! À bas la guerre sale et le terrorisme d’État en Turquie ! » a déclaré l’organisation, qui avait appelé à la manifestation, dans un communiqué.

À Marseille, dans le sud de la France, où vit une importante communauté kurde, plusieurs centaines de personnes ont répondu à l’appel du Centre démocratique des Kurdes à Marseille et défilé vers le Vieux Port samedi soir scandant « Erdogan assassin ». Sur des pancartes et des banderoles on pouvait lire : « La Turquie massacre les civils ».

À Strasbourg, environ 400 personnes se sont mobilisées, selon la police, sur la principale place de la ville en début d’après-midi pour observer une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat.

Les organisateurs ont appelé à une nouvelle manifestation dimanche à partir de 14 h 00 à Paris, pour dire « halte à la guerre sale et la terreur d’État en Turquie et au Kurdistan ». Des rassemblements doivent aussi avoir lieu à Lyon et à Toulouse.

À voir en vidéo