cache information close 

Le parti de Poutine monopolise les commissions parlementaires

Moscou - Le parti pro-Poutine, Russie unie, a verrouillé son emprise sur la Douma en s'arrogeant hier la présidence des 29 commissions de la Chambre basse du Parlement, en dépit des protestations d'une poignée de députés.

Les députés ont voté à une large majorité (343 voix pour, sept contre) la liste des noms présentés par Russie unie pour la présidence de chaque commission, dans laquelle ne figuraient que des députés du parti pro-Poutine. Tous les députés de Russie unie ont voté pour cette liste, ainsi que ceux du parti ultranationaliste de Vladimir Jirinovski, LDPR. En signe de protestation, 90 députés ont refusé de prendre part au vote.

Plus des deux tiers des sièges de la Douma sont aux mains de Russie unie depuis les élections législatives du 7 décembre, ce qui lui assure une «majorité constitutionnelle» et lui permet de voter sans l'appui d'aucune autre force politique toutes les lois présentées par le Kremlin, y compris d'éventuels amendements à la Constitution.

Le président russe Vladimir Poutine, candidat à sa propre succession le 14 mars prochain et dont la réélection ne fait aucun doute, sera en mesure lors de son second mandat de faire passer tous les projets de loi qu'il souhaite.

La séance de la Chambre basse hier s'est ouverte par un discours économique du premier ministre Mikhaïl Kassianov, et la phase des questions-réponses a montré la détermination de Russie unie à contrôler fermement l'instance législative.

Le nouveau président de la Chambre, Boris Gryzlov, jusqu'à tout récemment ministre de l'Intérieur de Vladimir Poutine, a déclaré que sept des dix questions à poser au premier ministre seraient réservées à Russie unie. Cette décision a entraîné de vives protestations du Parti communiste, dont le poids à la Douma a été considérablement réduit après les dernières législatives.

«Si les choses continuent comme ça, nous pourrons tout simplement déclarer la fin du Parlement russe», a lancé en colère le communiste Viktor Ilioukhine.