Cymbales, tambours et slogans antimondialisation au Forum de Bombay

Bombay - C'est à coups de cymbales, de tambours, de slogans antimondialisation et antiguerre que les altermondialistes ont entamé hier la journée d'ouverture du Forum social mondial (FSM) à Bombay, dans l'ouest de l'Inde.

Plus de 100 000 militants opposés à la mondialisation, originaires de 130 pays, sont attendus dans la capitale économique de l'Inde pour participer au quatrième FSM qui se tient pendant six jours à Bombay. C'est la première fois que ce rassemblement annuel des partisans d'une autre mondialisation se tient en Asie. Il se tenait auparavant à Porto Alegre, au Brésil.

«Nous sommes ici pour affirmer notre engagement en faveur de la dignité humaine, a déclaré la militante iranienne des droits de l'homme Shirin Ebadi, lauréate du prix Nobel de la paix 2003. Nous sommes ici pour dire que les êtres humains qui souffrent de la guerre n'ont pas de dignité.»

À Goregaon, dans la banlieue nord de Bombay où se tient le forum, certains manifestants brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des messages antiguerre tels que «Arrêtez les États-Unis» et «Parlez franchement contre George Bush». Un autre groupe de manifestants criait: «Nous avons le droit de manger, d'avoir des terres» et «Nous avons besoin d'un monde meilleur».

Un millier de conférences, d'ateliers et d'événements culturels seront organisés pendant le forum. Pour cet événement, qui va coûter l'équivalent d'environ 2,445 millions $CAN, les organisateurs ont choisi de ne pas accepter d'argent de la Fondation Ford, basée aux États-Unis, mais il ont pris les dons de l'ONG britannique Oxfam et de l'Agence canadienne de développement internationale (ACDI), institution publique. «Ce forum va faire exploser le mythe selon lequel il n'y a pas d'autre solution, a déclaré W.R. Varada Rajan, un leader syndical participant au rassemblement. Cela va aussi faire exploser le mythe selon lequel ce modèle de mondialisation bénéficie d'un consensus universel.»

L'Inde a été choisie cette année pour accueillir le FSM afin d'assurer une plus grande participation de l'Afrique et de l'Asie. Chiko Whitaker, un organisateur des précédents forums qui se sont tenus à Porto Alegre, a expliqué que le lieu avait été déplacé pour que la manifestation soit un nouveau succès et montrer que les conséquences de la mondialisation touchent tous les pays. Selon un communiqué du forum, Bombay paye le prix des politiques économiques libérales de l'Inde, qui se traduit par des pertes d'emplois pour des millions de personnes.

Quelque 350 parlementaires d'opposition de près de 30 pays prévoient également des rencontres demain et lundi pour témoigner de leur soutien aux altermondialistes. «C'est notre rôle de travailler avec ces organisations pour que leurs luttes puissent vraiment se concrétiser par des lois», a déclaré le parlementaire indien Nilotpal Basu, qui est à l'initiative de ces rencontres.