Le chef historique du FIS algérien a un plan

Doha - Le chef historique du Front islamique du salut (FIS, dissous) d'Algérie, Abassi Madani, a annoncé hier une initiative de paix prévoyant un report de l'élection présidentielle d'avril et un cessez-le-feu pour contenir une crise qui a fait des dizaines de milliers de victimes.

Lors d'une conférence de presse à Doha, il a proposé «l'élection d'une nouvelle Assemblée constitutionnelle souveraine pour l'élaboration de la Constitution d'une nouvelle république» en Algérie, a-t-il encore dit. L'Assemblée constitutionnelle aura également pour tâche de «superviser un référendum sur la [nouvelle] Constitution ainsi que des élections présidentielles, législatives et municipales à tenir sous le contrôle d'instances internationales neutres», a-t-il ajouté. Pour déblayer le terrain, il a suggéré «un arrêt des combats et de la violence sous toutes ses formes, y compris celle du pouvoir, à partir de l'Aïd al-Adha», la fête musulmane du Sacrifice, qui sera célébrée début février. Le chef historique du FIS, dont le mouvement a été accusé d'être à l'origine de la vague de violence qui a éclaté en Algérie après la suspension du processus électoral en 1992, a réclamé en outre une amnistie présidentielle générale.