Hôtel Palestine: RSF dénonce les É.-U.

Paris - Le gouvernement américain et le quartier général des forces américaines en Irak partagent la responsabilité de la mort des deux journalistes tués par un tir de char sur leur chambre, le 8 avril 2003, à Bagdad, estime un rapport de l'organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières.

Selon ce rapport publié aujourd'hui, le tir contre l'hôtel Palestine, où se trouvaient les deux journalistes, «n'est pas un tir délibéré contre des journalistes ou la presse à Bagdad» et les militaires américains sur place n'étaient pas informés de la présence massive de journalistes dans l'établissement. «Au niveau supérieur, le pouvoir politique, c'est-à-dire le gouvernement américain, partage cette responsabilité», ajoute le rapport selon lequel «ses dirigeants ont régulièrement fait des déclarations sur le statut des correspondants de guerre en Irak qui ont fait sauter tous les verrous de sécurité et constitué la chronique d'un drame annoncé».