Des milliers de migrants continuent d’affluer en Serbie

L’impressionnante vague de migrants épuisés venant du Moyen-Orient, de l’Asie et d’Afrique continue d’affluer en Serbie, dans l’espoir de rejoindre l’ouest et le nord de l’Europe.

Des milliers de personnes ont traversé à pied la frontière entre la Macédoine et la Serbie, après que la Macédoine eut levé l’interdiction d’entrée à sa frontière avec la Grèce.

Quelque 10 000 personnes, dont beaucoup de femmes, bébés et enfants, ont traversé en Serbie au cours de la fin de semaine. Certains étaient en fauteuil roulant ou dans des brouettes, ou marchaient à l’aide de béquilles. Des centaines d’autres migrants ont traversé de la Grèce à la Macédoine, lundi.

Après la Serbie, ils se dirigeront vers la Hongrie, un pays membre de l’Union européenne, puis tenteront d’atteindre les pays plus riches du nord du continent comme l’Allemagne et la Suède.

D’autres bagarres ont eu lieu lundi entre la police macédonienne et les migrants arrivant de la Grèce. La police laisse graduellement entrer de petits groupes afin de prévenir un afflux trop massif. Une femme enceinte originaire d’Alep, en Syrie, a été légèrement blessée.

En Autriche, la police a rapporté que 37 personnes avaient été blessées, dont sept gravement, lorsque deux camionnettes remplies de migrants sont entrées en collision près de la frontière hongroise. Des dizaines d’autres ont fui, ainsi que les passeurs.

La marée de migrants inquiète grandement les politiciens de l’Union européenne, alors que les pays des Balkans, peu fortunés, peinent à composer avec cette crise humanitaire.

En fin de journée lundi, des milliers de migrants sont montés à bord d’autocars et de trains à destination de la frontière entre la Serbie et la Hongrie — un pays où ils tenteront d’entrer illégalement. Le premier ministre serbe Aleksandar Vucic a dit lundi que son pays n’a aucune intention d’ériger une clôture — comme le fait actuellement la Hongrie — pour tenter de contrer les migrants.

Par ailleurs, en Grèce, au moins cinq migrants manquaient à l’appel après qu’un bateau de passeurs eut chaviré, au large de l’île de Lesbos. La garde côtière était à leur recherche. Elle a secouru six personnes et retrouvé les corps de deux hommes. Selon les survivants, il y avait environ 15 personnes à bord lorsque le bateau a chaviré.

La garde côtière grecque a secouru près de 900 personnes depuis vendredi près des îles de Lesbos, Chios, Samos et Kos.

En Allemagne, enfin, la chancelière Angela Merkel a condamné lundi les émeutes néo-nazies qui ont éclaté en fin de semaine à l’extérieur d’un refuge pour réfugiés. Des dizaines de policiers ont été blessés quand les émeutiers leur ont lancé des bouteilles et des feux d’artifice, au sud de Dresden.

1 commentaire
  • Gilles Théberge - Abonné 24 août 2015 17 h 40

    Plus jamais la guerre

    Tous les politiciens Européens, les papes, les autorités de l'ONU et des grandes organisations internationales l'ont dit et répété à satiété depuis 1945.

    Et voilà où nous en sommes. Et tantôt ce sera la guerre civile dans plusieurs pays. Et les politiciens actuels, la main sur le cœur et rien dans la tête continuent de ne rien faire concrètement pour mettre un frein à cette pression bientôt insoutenable.