Le ministre syrien des Affaires étrangères à Téhéran

Téhéran — Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, est arrivé mardi à Téhéran pour des entretiens avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif devant notamment porter sur la situation au Moyen-Orient, a rapporté l’agence officielle Irna.

M. Mouallem doit évoquer avec les responsables iraniens « les relations bilatérales, la situation régionale et internationale », a ajouté Irna.

La visite de M. Mouallem intervient alors que le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient, se trouve à Téhéran où il a eu des entretiens avec le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdolahian, à propos de « la situation en Syrie et dans la région ».

L’Iran et la Russie sont les deux principaux alliés du président syrien Bachar al-Assad. Téhéran soutient financièrement et militairement le régime Assad dans le conflit qui déchire la Syrie depuis 2011, notamment en envoyant sur place des conseillers militaires.

Ce conflit, qui a fait plus de 230 000 morts, doit être au centre d’une rencontre tripartite Iran-Russie-Syrie prévue à Téhéran, rapportent les médias iraniens.

Selon le président iranien Hassan Rohani, les conflits que connaît la région, en Syrie et au Yémen notamment, vont « très certainement » se régler plus rapidement grâce au « nouveau climat » né de la signature à la mi-juillet d’un accord historique sur le nucléaire iranien entre Téhéran et les grandes puissances.

Alliés

 

« L’Iran continuera, comme par le passé, à soutenir ses alliés régionaux, comme les gouvernements légitimes d’Irak ou de Syrie, ou la résistance islamique au Liban » (le puissant parti chiite du Hezbollah), a assuré de son côté Ali Akbar Velayati, conseiller du guide suprême pour les affaires internationales.

Lors d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères serbe en visite à Téhéran, il a critiqué « les États-Unis et certains réactionnaires dans la région, comme les Saoudiens, qui veulent renforcer leurs ingérences dans la région », a rapporté l’agence officielle Irna.

À voir en vidéo