Ben Laden exhorterait à lutter contre les Américains

Doubaï/Washington — Une voix présentée hier comme celle d'Oussama ben Laden a exhorté les musulmans à combattre la présence américaine en Irak par les armes et non par le dialogue.

Sur une cassette audio diffusée par la chaîne de télévision al-Jazira, basée à Doubaï au Qatar, l'orateur stigmatise également le soutien des gouvernements des pays arabes du Golfe à l'invasion américaine de l'Irak en mars.

L'orateur mentionne également la capture de l'ancien président irakien Saddam Hussein par l'armée américaine le 13 décembre, signe que l'enregistrement n'a pas plus de trois semaines.

Si la voix est authentifiée, cet enregistrement prouvera que l'homme le plus recherché par les États-Unis est toujours en vie, malgré les efforts intenses de Washington pour le retrouver.

À Washington, la CIA a fait savoir qu'il lui faudrait dans les 48 heures pour déterminer l'authenticité éventuelle de la voix. «Il faut habituellement dans les deux jours pour le processus d'authentification», a déclaré un porte-parole de la CIA.

La voix, qui ressemblait à celles de précédents enregistrements du chef d'al-Qaïda, a déclaré que les dirigeants musulmans et arabes avaient été choqués par la chute de Saddam Hussein, car elle avait montré que les régimes dictatoriaux pouvaient être renversés par des forces étrangères.

«Plus dangereuse, de leur perspective [celle des dirigeants musulmans], a été la venue de forces étrangères pour changer des régimes dictatoriaux, notamment après qu'ils ont vu la capture de leur ancien camarade [Saddam Hussein], par la traîtrise et la collaboration avec l'Amérique», a ajouté la voix.

Elle ajoute que la chute de la capitale irakienne Bagdad augure de l'occupation par les forces américaines de l'Arabie saoudite et d'autres pays arabes du Golfe.

«Il ne doit y avoir aucun dialogue avec les occupants, si ce n'est celui des armes, et c'est ce à quoi nous nous efforçons», a-t-elle poursuivi. «L'Occident cherche à tuer quiconque porte la bannière de l'islam, sous le prétexte de combattre le terrorisme, parce qu'ils [les Occidentaux] savent que le jihad est le moyen efficace de faire échec à leurs complots.»

La voix s'en est prise également aux initiatives de paix au Proche-Orient, notamment à la «feuille de route» pour la paix, et au pacte de Genève, accord de paix symbolique qui, selon elle, est une «tentative pour détruire la mosquée al-Aksa et de vaincre le jihad et les moudjahidines en Palestine».