Irak - Un hélicoptère américain est abattu

Falloujah, Irak - L'armée américaine a annoncé hier avoir perdu un hélicoptère dans une attaque de la guérilla à l'ouest de Bagdad, qui a tué un soldat, et avoir saisi un important arsenal dans une mosquée de la capitale contrôlée par des fondamentalistes sunnites.

L'hélicoptère qui s'est écrasé hier à Falloujah, à 55 km à l'ouest de Bagdad, tuant un soldat et en blessant un autre, a été abattu par un «tir ennemi», a déclaré le général américain Mark Kimmitt.

Cette mort porte à 212 le nombre de militaires américains tués depuis l'annonce par le président George W. Bush de la fin des opérations majeures en Irak, il y a huit mois.

«Nous sommes raisonnablement convaincus que c'était un tir ennemi», a indiqué le général.

Selon lui, cinq personnes, habillées de vestes portant la mention «presse», sont arrivées sur les lieux à bord de deux voitures et ont tiré au lance-roquettes sur les débris, avant de quitter les lieux. Les assaillants ont été pris en chasse par les soldats américains qui ont réussi à en capturer quatre, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le général Kimmitt a indiqué que des armes avaient été saisies en quantité lors d'une perquisition jeudi dans une mosquée salafiste de Bagdad.

Trois pains de TNT, un tube de mortier de 60 mm, deux RPG, onze Kalachnikov, huit grenades artisanales, du matériel pour la fabrication d'engins explosifs et deux sacs de poudre ont été trouvés, a précisé le général Kimmitt. Trente-deux personnes ont été arrêtées au cours de ce raid, a-t-il ajouté.

Quelque 500 fidèles sunnites ont manifesté hier à l'issue de la prière, dans l'enceinte de la mosquée, pour protester contre les arrestations.

Hier soir, des tirs d'artillerie lourde et d'armes automatiques ont été entendus à Bagdad, selon des correspondants de l'AFP. Interrogé, un porte-parole militaire américain a dit penser qu'il s'agissait «de la poursuite de l'opération "Poigne de fer"», entamée le 24 décembre contre la guérilla antiaméricaine, particulièrement dans le sud de la capitale.

Enfin, à Kirkouk, théâtre depuis mercredi de violences intercommunautaires qui ont fait sept morts, l'armée américaine a imposé un couvre-feu nocturne, a indiqué la police locale.