Un ex-agent pakistanais a aidé à traquer Ben Laden

Islamabad — Un ex-agent des services de renseignement pakistanais a aidé les États-Unis à traquer Oussama Ben Laden, ont affirmé mardi deux anciens responsables pakistanais, en écartant la thèse d’une coopération officielle entre les deux pays dans cette affaire. Ces déclarations interviennent juste après la publication aux États-Unis d’un article écrit par Seymour Hersh qui fait polémique, car il soutient que les États-Unis ont menti sur les conditions dans lesquelles le chef d’al-Qaïda a été tué. Mardi, une source militaire pakistanaise, occupant un poste à haute responsabilité dans l’armée à l’époque des faits, a déclaré qu’un transfuge des services de renseignements pakistanais « très informé et énergique » avait eu un rôle crucial dans la traque de Ben Laden. Cette information recoupe partiellement des informations livrées par M. Hersh, qui cite une source américaine indiquant qu’un ex-membre des services de renseignement pakistanais avait de lui-même approché la CIA en 2010. Un autre ancien responsable pakistanais, Hamid Gul, ex-chef du principal service de renseignement du pays, l’ISI, a confirmé l’existence de ce transfuge. « La récompense était trop importante, il est devenu une taupe des Américains qui les a aidés à planifier leur opération », a-t-il indiqué.