Tanzanie: arrestations après l’attaque d’un enfant albinos

Arusha — La police tanzanienne a annoncé mardi avoir arrêté sept suspects dans le cadre de son enquête sur l’agression d’un enfant albinos de six ans dont une main a été coupée à la machette le week-end dernier. Le petit garçon attaqué samedi soir, Baraka Cosmas, dormait avec sa mère dans le village de Kipenda, dans la région de Rukwa, dans le sud-ouest du pays, quand les assaillants ont surgi chez eux. « Nous avons déjà arrêté sept suspects dans le cadre de l’enquête. Les investigations se poursuivent », a indiqué mardi le chef adjoint de la police régionale, Leons Rwegasira. En Tanzanie, les albinos sont la cible de régulières attaques, victimes de croyances attribuant des vertus magiques à leurs organes. Les agressions sont en hausse à l’approche d’élections prévues en octobre, les hommes politiques pensant que ces organes, utilisés par des sorciers et des guérisseurs et vendus autour de 600 dollars, leur porteront chance. Le 2 mars, le président tanzanien Jakaya Kikwete avait promis de « prendre toutes les mesures » pour faire cesser ces attaques. Il avait alors parlé d’actes « inacceptables » qui « sont une honte pour des gens civilisés et qui croient en Dieu ». Dans la foulée, un tribunal du nord de la Tanzanie avait condamné à la peine de mort quatre personnes reconnues coupables du meurtre d’une albinos. Selon un expert de l’ONU, plus de 70 albinos ont été tués depuis 2000 en Tanzanie.