Enquête sur les possibles infractions commises lors du vol QZ8501

Pangkalan Bun — Les autorités indonésiennes vont enquêter sur des «infractions» commises par la compagnie AirAsia qu’elles soupçonnent d’avoir fait emprunter sans autorisation un couloir aérien à l’avion dont quatre parties gisant au fond de la mer de Java viennent d’être retrouvées après sa chute le 28 décembre.

Le ministère indonésien des Transports, qui a annoncé samedi l’ouverture de cette enquête, a ajouté qu’AirAsia n’avait plus l’autorisation d’assurer la liaison entre la ville indonésienne de Surabaya et Singapour jusqu’à la fin des investigations sur la chute en mer de l’Airbus A320-200 (vol QZ8501) qui suivait cet itinéraire avec 162 personnes à son bord.

«La compagnie a enfreint l’autorisation de vol donné, le créneau horaire donné, et c’est un problème», a dit à l’AFP le directeur général du transport aérien, Djoko Murjatmodjo, ajoutant que toutes les compagnies aériennes indonésiennes feraient l’objet d’un contrôle.

«À partir de lundi, nous allons procéder à un audit ou à un examen de toutes les compagnies aériennes en Indonésie, afin de vérifier s’il y a des infractions liées aux couloirs aériens, horaires et plans de vol, y compris pour tous les vols d’AirAsia Indonesia», a-t-il fait savoir.

Un porte-parole du ministère indonésien des Transports, J.A. Barata, a affirmé que cette dernière n’avait pas eu l’autorisation d’emprunter le couloir Surabaya-Singapour le dimanche 28 décembre [2014], et qu’elle n’avait pas demandé à modifier son plan de vol.

Il n’a pas été dit comment AirAsia avait pu assurer le vol sans disposer de cette autorisation à partir de son point de départ .

Les autorités de l’aviation civile de Singapour ont indiqué, de leur côté, qu’AirAsia Indonesia avait reçu l’autorisation d’effectuer le vol. Une autorisation des deux côtés est nécessaire.

Le patron d’AirAsia Indonesia, Sunu Widyatmoko, a pour sa part déclaré à des journalistes que la compagnie ne ferait aucun commentaire avant la fin de l’enquête.

L’avion, qui assurait le vol QZ8501 d’AirAsia, avait fait face à de très mauvaises conditions météorologiques et demandé à prendre de l’altitude pour éviter un orage, mais n’avait pas reçu le feu vert immédiat du contrôle aérien en raison d’un trafic trop important sur ce couloir aérien très fréquenté. Il avait disparu des écrans radars peu après.

À voir en vidéo