Bogotá salue le cessez-le-feu des FARC

Bogotá — Le cessez-le-feu illimité des FARC en Colombie, geste sans précédent depuis le lancement du processus de paix il y a deux ans, a été salué jeudi par le gouvernement, qui continue toutefois d’exclure toute trêve militaire avant un accord final. Bogotá devra maintenant poser un geste à son tour. « C’est un bon début pour une désescalade des hostilités sur le territoire national qui peut aboutir, si nous arrivons à un accord de fin de conflit, à un cessez-le-feu bilatéral et définitif », a réagi la présidence, dans un communiqué, au lendemain de l’annonce surprise des FARC. Cette décision de la rébellion de décréter une trêve sans attendre le même geste de la part des autorités est inédite, ont souligné les observateurs. « Cette annonce constitue une décision politique fondamentale des FARC pour avancer vers la recherche d’une fin de la confrontation, avant même la signature définitive d’un accord », ai dit le politologue Jaime Zuluaga, enseignant à l’université nationale de Bogotá. Directeur du CERAC, centre d’études colombien spécialisé dans le conflit, Jorge Restrepo souligne que la proposition actuelle des FARC revêt un « côté diabolique en obligeant le gouvernement à répondre à ce geste de paix ». Selon cet expert, le gouvernement pourrait trouver une sortie en annonçant une « suspension des opérations offensives contre les FARC ».