Australie : Monis sans surveillance

Sidney — L’auteur de la prise d’otages mortelle de Sydney, en Australie, n’était plus dans la mire des autorités depuis des années, même si son nom apparaissait jadis sur la liste de surveillance de l’agence nationale de sécurité, a révélé mercredi le premier ministre. Man Haron Monis a pris 17 personnes en otage dans un café du centre-ville de Sydney lundi matin. Les policiers ont donné l’assaut 16 heures plus tard. Deux otages ont alors été tués, en plus de Monis. Le premier ministre, Tony Abbott, a indiqué que Monis se trouvait sur la liste de surveillance de l’Organisation australienne du renseignement de sécurité en 2008 et 2009, mais qu’il en a ensuite été retiré. L’agence s’intéressait à Monis parce qu’il avait envoyé des lettres choquantes aux familles de soldats australiens tués. « Je ne sais pas pourquoi son nom a été retiré de la liste à cette époque, je ne le sais vraiment pas », a admis M. Abbott. « Nous devons particulièrement comprendre comment un individu au passé aussi violent et à l’instabilité mentale aussi bien documentée a pu profiter d’une libération sous caution, a dit M. Abbott. Et nous devrons comprendre comment il a pu glisser de la liste de surveillance de l’agence de sécurité en 2009. » M. Abbott a ajouté que Monis, qui était muni d’un fusil de chasse pendant toute la crise, disposait d’un permis d’armes. Les policiers de Nouvelle Galles du Sud disent toutefois que cela n’était pas le cas.