États-Unis: au moins 14 morts dans le glissement de terrain

Arlington — Les secouristes ont retrouvé six autres corps après le vaste glissement de terrain dans l’État de Washington, dans l’ouest des États-Unis, portant le bilan à au moins 14 morts, a annoncé lundi le bureau du shérif du comté.

Les autorités ont reconnu qu’elles ignoraient combien de personnes manquaient encore à l’appel. Le directeur des équipes d’urgences de la région, John Pennington, a dit qu’elles révisaient une liste contenant 176 noms, mais plusieurs pourraient y avoir été inscrits plus d’une fois.

Des familles entières, dont certaines avec de jeunes enfants, sont portées disparues.

La catastrophe s’sst produite samedi près d’Oso, à environ 90 kilomètres au nord-est de Seattle.

Sept personnes, dont un bébé, ont été grièvement blessées dans la catastrophe.
Des proches des disparus ont eu recours à des scies à chaîne et à leurs mains nues, lundi, pour creuser dans la boue et les débris. Certains se sont plaints de la lenteur des secours.

Les secouristes ont reçu des renforts aériens, des chiens pisteurs et de la machinerie lourde pour tenter de retrouver des survivants.

Une trentaine de maisons détruites

Une trentaine de maisons ont été détruites quand le glissement de terrain, d’une superficie de 2,6 kilomètres carrés, a projeté des tonnes de terre meuble sur les maisons installées au bas d’une vallée. Les débris ont bloqué une section de 1,6 kilomètre sur l’autoroute qui traverse la région, près d’Arlington.

Le glissement de terrain s’est produit samedi matin, à un moment où la majorité des résidants étaient à la maison. Sur les 49 résidences de la localité, au moins 25 étaient habitées à temps plein, estiment les autorités. Une trentaine de maisons ont été anéanties.

La liste des disparus n’a cessé de s’allonger depuis la catastrophe, faisant craindre un lourd bilan. Le chef du service des incendies du comté, Travis Hots, a indiqué que les autorités étaient toujours en mode secours et espéraient encore trouver des survivants.
«La situation est vraiment sinistre», a-t-il souligné.

Des voix appelant à l’aide avaient été entendues tard samedi soir, mais les conditions dangereuses avaient contraint les secouristes à interrompre leurs travaux jusqu’à dimanche matin. Aucun autre signe de vie n’a été entendu depuis.

Un rapport remis en 1999 aux ingénieurs militaires américains (le U.S. Army Corps of Engineers) prévenait que la région était susceptible d’être frappée par un glissement de terrain catastrophique. Des responsables locaux ont dit ne pas être au fait de l’existence de ce document.